L’enquête annuelle 2018, analyse des chiffres

DOI : 10.35562/arabesques.185

p. 8-9

Outline

Text

C’est en 1995 que Tosca Consultants lance son enquête annuelle afin de fournir à Livres Hebdo un recensement des logiciels pour bibliothèques, complétée d’une analyse des ventes. En vingt ans, l’offre s’est profondément transformée. Et le choix, pour les BU, est devenu d’autant plus complexe.

Un fort renouvellement des acteurs

Bien que le nombre de fournisseurs participant aux enquêtes annuelles soit resté apparemment stable (28 en 2000, 32 début 2018), un profond renouvellement a eu lieu :

  • seulement 6 des fournisseurs participant à l’enquête en 2000 sont toujours présents sur le marché ;

  • 18 fournisseurs n’ont plus d’activité de diffusion de logiciels métier ;

  • certains fournisseurs ont disparu ou fait l’objet du rachat de l’activité « bibliothèques »1 (voir encadré 3).

Sur le marché français, trois mouvements sont notables :

  • les rachats d’entreprises par d’autres éditeurs en recherche de croissance externe (Decalog) ;

  • l’émergence de prestataires open source spécialisés (BibLibre, Bibliossimo, Progilone…) proposant des services d’aide à l’installation et parfois l’hébergement associé ;

  • la création de filiales de sociétés étrangères spécialisées (abonnement à des outils de découverte, autres services de valorisation des ressources numériques)2.

En 2017, les SGB et services en ligne auprès des BU sont diffusées par 12 fournisseurs ;

  • prestations associées à des logiciels libres (4 fournisseurs) ;

  • abonnements à des bases d’information ou à des logiciels en mode SaaS (4 fournisseurs) ;

  • diffusion traditionnelle en proposant une licence de cession de droits d’utilisation (4 fournisseurs).

Une offre logicielle foisonnante

Au début de l’informatisation des bibliothèques, les SGB constituaient des systèmes fermés, monolithiques, prétendant couvrir la quasi-totalité des besoins de gestion et de catalogage des bibliothèques. L’avènement de nouvelles démarches commerciales et informatiques, de type logiciels open source ou offres en mode SaaS modifient le paysage en profondeur. Ainsi, en 2018, sur les 113 solutions référencées, on dénombre :

  • 91 solutions en mode SaaS ;

  • 27 produits dans une version gratuite, dont une majorité de produits open source ;

  • 20 solutions conçues comme des produits tout-en-un, couvrant un périmètre fonctionnel large (SIGB, ERM, serveur SRU, OPAC nouvelle génération…) ;

  • 49 produits spécialisés ne prenant en charge qu’un ou deux types de logiciel. Cette multiplication des logiciels a incité les fournisseurs à concevoir des produits plus ouverts, ce qui a favorisé le développement d’API et de webservices. Un effort d’interopérabilité ayant largement contribué à l’amélioration des produits, notamment celle des OPACS qui, une fois disjoints du SGB, ont pu intégrer les fonctionnalités des « catalogues de nouvelle génération » (recherche « à la Google », navigation à facettes, enrichissements des notices…).

Se poser les bonnes questions

En préalable à tout projet de réinformatisation, les bibliothèques se trouvent devant une offre extrêmement variée et complexe, qui oblige à se poser plusieurs questions :

  • Faut-il s’orienter vers une offre open source ? L’open source d’éditeur – non supporté par une communauté de développeurs – est-elle adaptée ?

  • Faut-il privilégier une offre SaaS, un hébergement en interne ou externalisé ?

  • Quelle autonomie et quelle garantie de réversibilité ?

  • Les offres SaaS garantissent-elles la bonne application du règlement européen de protection des données (RGPD) ?

  • Quelle garantie pour une bonne intégration dans les SI des établissements ?

  • Faut-il composer son SGB par assemblage de produits diffusés par différents fournisseurs en essayant de retenir le meilleur des logiciels dans chaque catégorie ? Comment dans ce cas organiser les achats et la maîtrise d’œuvre avec son volet de coordination des prestataires ?

  • Comment organiser un projet de déploiement avec un fournisseur qui propose uniquement des interventions à distance, y compris la formation ?

Autant de choix auxquels d’importants enjeux sont associés : qualité des services pour les étudiants et enseignants-chercheurs, délais de mise en œuvre, complexité de l’exploitation des outils, stabilité du système d’information, appropriation des outils par les équipes… À elle seule, la complexité de ces choix constitue un puissant levier pour des projets d’achat groupé du type de celui réalisé dans le cadre du SGBm.

1. Les logiciels retenus par les bibliothèques universitaires en 2000

FOURNISSEURS PROGICIELS VENDUS AUX BU NATURE DE CES VENTES SITUATION ACTUELLE DES FOURNISSEURS
BNT Technologies Biblio-Tech (31 ventes) Systèmes de gestion de bibliothèque destinés à des bibliothèques d’UFR ou à des bibliothèques de recherche  Entreprise radiée le 25/08/2011
CRDP Poitou-Charentes BCDI 2 spécial (22 ventes) et BCDI 2 internet (15 ventes) Fusion de l’établissement public au sein du réseau Canopé le 26/12/2014
Cadic Ex-Libris (21 ventes) Passage de relais à la société Cadic Services créée le 15/03/2010
GB Concept Alexandrie (17 ventes) Société toujours en activité
Archimed Book-line, MASC, AIE… (15 ventes) Systèmes de gestion des ressources numériques  Société toujours en activité
Pulcra CD Média CD Control pack, Web Control pack, statistiques Control pack et S.A.M.I (11 ventes) Entreprise radiée le 25/10/2013
SARL Alain Weber informatique Arbèles et Nautile (7 ventes) Entreprise radiée le 18/06/2015
EI Audiovisuel Mmédia View (1 vente) Passage de relais à INEO media system et activité bibliothèque reprise par Bibliomondo
Média D.O.C. Discobole CD et Discobole internet (1 vente) Entreprise radiée le 03/09/2014
Epixtech France SA Horizon (3 ventes) Devenue SirsiDynix, l’entreprise ne semble plus disposer de services techniques en France.
Datapoint Aleph 500 (2 ventes) Systèmes de gestion de bibliothèque destinés à des BU  Jugement de clôture après cession rendu le 12/09/2007. Diffusion reprise par Ex libris France
DRA Multilis Taos (1 vente) et Taos DRA Web2 (2 ventes) Devenue SirsiDynix, l’entreprise ne semble plus disposer de services techniques en France.
Sinorg AB6 (1 vente) Passage de relais à GFI progiciels qui ne semble plus diffuser de système de gestion de bibliothèque.

2. Les logiciels et services en ligne retenus par les bibliothèques universitaires en 2017

FOURNISSEURS PROGICIELS VENDUS AUX BU NATURE DE CES VENTES
EBSCO Information Services 13 abonnements à Full Text finder, 11 à EBSCO Discovery Service et 1 à Stacks Abonnement à des bases d’information
PMB Services 12 prestations associées à PMB et 1 à Bibloto (automate) Systèmes de gestion de bibliothèque destinés probablement à des bibliothèques d’UFR ou à des bibliothèques de recherche



Systèmes de gestion de bibliothèque et autres outils de gestion destinés à des B.U.
Réseau Canopé 9 abonnements à e‑sidoc et 2 à BCDI 2018
GB Concept 3 ventes d’Alexandrie
SAS Bibliossimo 1 contrat de prestation pour WaterBear
AfI-BibLibre 6 prestations associées à Koha, 3 à Matomo et 2 à Coral
Decalog 4 ventes de Sebina OpenLibrary
Ex Libris Une partie des 15 abonnements à Alma
OClC BV 2 ventes de WorldShare ILL
BiblioMondo France 1 vente de PortFolio
Infor france SAS 1 vente d’Iguana CMS destiné à une BU
Arkhênum 1 abonnement à Limb Gallery Saas Gestionnaire de bibliothèque numérique
AfI-BibLibre
BiblioMondo France

3. Le profond renouvellement des acteurs du marché

Rappelons que lors des tout premiers équipements, les BU françaises s’étaient tournées quasi exclusivement vers des systèmes anglo-saxons, dont les qualités avaient eu le temps de se faire connaître. Notons toutefois que la popularité d’un logiciel influence parfois l’appréciation de ses caractéristiques, et Dynix, par exemple, qui s’est largement diffusé dans les BU françaises, était plutôt adopté, aux États-Unis, par les bibliothèques publiques. Rapprochements, fusions, abandons de filiales françaises se sont succédé depuis 2000.

Exemples de rapprochements depuis les années 2000 :

• Sirsi Corporation et Data Research Associates Inc. en 2001,
• Dynix Corporation et Sirsi Corporation en 2005,
• Ex Libris Corp. et Endeavor Information Systems en 2006,
• Innovative Interfaces Inc. et VTLS en 2014,
• ProQuest et Ex Libris Group en 2015...

 

Fournisseurs présents en 2000 ayant fait l’objet du rachat de leur activité bibliothèque :

• Opsys (racheté par Archimed)
• Atalante, RII Diffusion et Ever (rachetés par Decalog).

 

Les six entreprises toujours présentes sur le marché français en 2017 :

• Archimed,
• AFI,
• C3RB Informatique,
• Decalog,
• GB Concept,
• Microbib.

1 Notons qu’il s’agit uniquement d’entreprises françaises.

2 Ebsco Information Services créée en 2003 ; Swets Information Services qui a depuis cessé son activité. ProQuest a choisi d’appuyer son

Notes

1 Notons qu’il s’agit uniquement d’entreprises françaises.

2 Ebsco Information Services créée en 2003 ; Swets Information Services qui a depuis cessé son activité. ProQuest a choisi d’appuyer son développement sur Ex Libris Group, avec lequel elle a fusionné.

Illustrations

https://toscaconsultants.fr

References

Electronic reference

Marc Maisonneuve, « L’enquête annuelle 2018, analyse des chiffres », Arabesques [Online], 89 | 2018, Online since 14 juin 2019, connection on 23 octobre 2020. URL : https://publications-prairial.fr/arabesques/index.php?id=185

Author

Marc Maisonneuve

Tosca Consultants

marc.maisonneuve@tosca.com

Author resources in other databases

Copyright

CC BY-ND 2.0