HEAL-Link : un lien pour les bibliothèques académiques grecques

DOI : 10.35562/arabesques.2636

p. 8-9

Outline

Text

Créé dès les années 1990, le consortium grec fournit à ses membres des services collaboratifs, notamment en matière de ressources électroniques et d’accès ouvert aux données de la recherche.

Le consortium des Bibliothèques académiques grecques, connu sous le nom de HEAL-Link (pour Hellenic Academic Libraries Link)1, a été créé il y a vingt-quatre ans avec pour objectif principal de rationaliser les dépenses d’abonnements aux revues. Avec le soutien d’universitaires, un petit groupe de bibliothécaires visionnaires a transformé l’union née du dialogue amorcé au début des années 1990 entre les bibliothèques universitaires en un consortium d’institutions rendant des comptes au Conseil des recteurs. Aujourd’hui, ce consortium tient son assemblée générale deux fois par an et ses membres appartiennent à toutes les institutions académiques du pays ainsi qu’à l’Académie d’Athènes et à la Bibliothèque nationale de Grèce. Une deuxième catégorie de membres bénéficiant des services de base regroupe les principaux instituts de recherche grecs. L’ensemble est supervisé par un conseil d’administration et les cotisations des membres couvrent les principales dépenses, y compris les frais de personnel.

Le consortium HEAL-Link siège à l’université Aristote de Thessalonique et possède cinq branches opérationnelles : l’unité Assurance qualité gérée par l’université de Ioannina, l’unité Publications et Services de bibliothèque et d’information gérée par l’Université polytechnique nationale d’Athènes ainsi que les unités Accessibilité (université Panteion), Littéracie informationnelle (université de Thessalie) et Communication scientifique (université de Patras). Bien que chaque activité soit coordonnée par une seule bibliothèque, des experts d’autres établissements sont souvent invités à étudier les sujets abordés, à partager les tâches, à diffuser des informations.

Le principal service fourni par HEAL-Link reste la gestion collective des revues électroniques qui alimentent le paysage de la recherche et de l’enseignement en Grèce. Au total, plus de 26 000 revues électroniques et 150 000 ebooks sont administrés par le Comité des ressources électroniques. Ce dernier est composé d’experts bibliothécaires chargés de mener les négociations avec les éditeurs. Lors de la récente pandémie, les capacités numériques de HEAL-Link ont permis la transformation rapide du système éducatif et l’intégration des services de la plateforme électronique du gouvernement2. Le Comité des ressources électroniques est également chargé d’introduire des modalités pour l’accès ouvert dans les accords du consortium et les premiers accords transformateurs ont été mis en place.

Une infrastructure partagée pour 6 SIGB mutualisés

Au fil des ans, de nouveaux besoins sont apparus, notamment la nécessité d’infrastructures et d’outils communs aux bibliothèques. La création du Catalogue collectif des bibliothèques académiques grecques a été l’un des jalons déterminants pour les services de prêt interbibliothèques. Ce catalogue sera bientôt remplacé par le Catalogue collectif des bibliothèques grecques qui accueillera les collections des bibliothèques publiques et municipales sous les auspices de la Bibliothèque nationale. Si le paysage des systèmes de gestion de bibliothèque est assez diversifié, avec à la fois des logiciels propriétaires et des logiciels à code source ouvert, le projet ILSaS (Integrated Library System as a Service), débuté en 2013 pour remplacer les systèmes de gestion locaux par une infrastructure partagée, constitue un effort d’uniformisation. Le projet a impliqué 26 bibliothèques (sur 36), soit six plateformes ILS différentes et deux formats MARC distincts. Toutes ces bibliothèques partagent désormais une plateforme commune et fournissent à leurs utilisateurs, sur la base du système de gestion de bibliothèque Millenium de Innovative Interfaces, des services actualisés. Les difficultés techniques de cette transition étaient immenses car chaque bibliothèque suivait une approche différente en matière de gestion des documents, de règles de prêt et de pratiques de catalogage. L’utilisation de deux formats MARC différents, UniMARC et MARC21, constituait un deuxième défi. Les membres du projet ont d’abord dû se mettre d’accord sur le format à adopter (MARC21), avant de convertir les notices ou de les fusionner lorsque cela était nécessaire. Malgré les problèmes soulevés par ce processus d’uniformisation, le projet ILSaS, moyennant une intense collaboration, a fini par poser des principes généraux pour une politique de catalogage et d’instructions spécifique au format MARC21 et aux règles AACR2.

En 2021, un réservoir pour les données de la recherche

Le dépôt des données de la recherche HARDMIN, qui sera lancé courant 2021, est une plateforme centrale, basée sur le cloud. Elle est destinée à toutes les institutions qui pourront y disposer de leur propre espace pour fournir à leur communauté des services de stockage et de publication sécurisés des données de la recherche. Ce service est essentiel dans la stratégie de HEAL-Link visant à soutenir le maillage national d’infrastructures électroniques dédiées à la science ouverte, comme décrit dans le « Plan national pour la science ouverte ». Ce service est également soutenu par des services d’identification premium : Orcid pour les personnes, DOI pour les actifs numériques dans les systèmes d’édition électronique et les dépôts institutionnels. En outre, dans le cadre du soutien à la science ouverte, le consortium a élaboré pour ses membres des modèles de politiques d’accès ouvert.

AMELib, pour Accessible Multi-modal Electronic Library (l’acronyme faisant phonétiquement référence à l’abréviation grecque « amea » en rapport avec les personnes en situation de handicap), constitue une troisième infrastructure partagée. AMELib est la seule infrastructure à mettre en œuvre les spécifications fonctionnelles des notices bibliographiques et à héberger des éditions numériques de livres accessibles aux utilisateurs incapables de lire les imprimés. Le partage par tous les membres de HEAL-Link de leurs notices et des livres convertis en format accessible permet une économie importante de ressources.

La bibliothèque de l’université de Patras coordonne le groupe Communication scientifique, une des 5 branches opérationnelles du réseau HEAL-Link

Image

© Université de Patras

La formation au cœur de la stratégie du consortium

Depuis le début, la formation du personnel et l’amélioration des compétences professionnelles font partie du cœur de la stratégie du consortium, comme l’illustrent deux exemples récents : la série de séminaires sur la gestion des données de la recherche visant à former le personnel aux services fournis par HARDMIN, et la Série labo RDA, coordonnée par la Bibliothèque nationale, qui fournit aux bibliothécaires grecs des directives au sujet des normes pour la description et l’accès aux ressources, et la boîte à outils correspondante.

La centralisation des services s’est avérée satisfaisante mais souvent limitée. Plusieurs membres du consortium ont donc créé des petits réseaux sur des sujets spécifiques et incluant des bibliothèques au-delà du spectre universitaire. Il existe actuellement des réseaux de bibliothèques pour la musique (incluant la branche officielle grecque de l’IAML3), l’économie, la logistique, la cartographie et la théologie. Le réseau des bibliothèques théologiques a pris l’initiative d’entrer en contact avec l’OCLC pour proposer des termes au système de classification décimale Dewey concernant la doctrine orthodoxe grecque, ce qui a incité d’autres organismes, dont l’Association grecque des bibliothécaires et professionnels de l’information, à former le premier groupe – encore informel – d’experts des termes de la classification de l’histoire et de la géographie grecques. 

Au fil des années, HEAL-Link renforce la coordination, portant ses efforts sur la construction de services et d’infrastructures durables à la fois financièrement et fonctionnellement et qui permettent, dans le contexte actuel de pénurie de personnel, des économies de temps et d’argent. L’objectif est d’améliorer l’offre de service pour la recherche et pour les utilisateurs des bibliothèques en général. De nouveaux services sont introduits pour tenir compte des développements internationaux. En demandant à tous ses membres d’y contribuer, le consortium s’est engagé à participer à l’égalité des chances pour les communautés de chercheurs de toute la Grèce.

1 https://www.heal-link.gr/en/home-2

2 https://www.gov.gr

3 IAML : International Association of Music Libraries, Archives and Documentation Centres

Notes

1 https://www.heal-link.gr/en/home-2

2 https://www.gov.gr

3 IAML : International Association of Music Libraries, Archives and Documentation Centres

Illustrations

La bibliothèque de l’université de             Patras coordonne le groupe Communication scientifique, une des 5             branches opérationnelles du réseau HEAL-Link

La bibliothèque de l’université de Patras coordonne le groupe Communication scientifique, une des 5 branches opérationnelles du réseau HEAL-Link

© Université de Patras

References

Bibliographical reference

Eleni Papadatou and Giannis Tsakonas, « HEAL-Link : un lien pour les bibliothèques académiques grecques », Arabesques, 102 | 2021, 8-9.

Electronic reference

Eleni Papadatou and Giannis Tsakonas, « HEAL-Link : un lien pour les bibliothèques académiques grecques », Arabesques [Online], 102 | 2021, Online since 13 juillet 2021, connection on 27 novembre 2021. URL : https://publications-prairial.fr/arabesques/index.php?id=2636

Authors

Eleni Papadatou

HEAL-Link, équipe ILSaS

papadatoueleni@gmail.com

Author resources in other databases

Giannis Tsakonas

Directeur de la bibliothèque de l’université de Patras

gtsakonas@upatras.gr

Author resources in other databases

Copyright

CC BY-ND 2.0