Écosse : une confédération au service d’une vision nationale

DOI : 10.35562/arabesques.2650

p. 20-21

Outline

Text

Depuis plus de 30 ans, la Scurl offre à ses membres une infrastructure collaborative permettant de construire des projets à l’échelle nationale notamment pour le partage des ressources numériques.

La Confédération écossaise des bibliothèques universitaires et de recherche (Scottish Confederation of University and Research Libraries, Scurl)1 a été créée il y a plus de 30 ans avec pour mission de faciliter la collaboration entre les bibliothèques universitaires ou de recherche en Écosse. Elle compte parmi ses 26 membres l’ensemble des 19 bibliothèques de l’enseignement supérieur du pays mais également 7 autres établissements dont la Bibliothèque nationale d’Écosse, la bibliothèque de l’Open University, les grandes bibliothèques publiques (Édimbourg et Glasgow), et plusieurs établissements spécialisés tels que la bibliothèque du Royal Botanic Garden d’Édimbourg et celle du Musée national d’Écosse.

La vision de la Scurl repose sur le principe suivant : encourager les étudiants et les chercheurs à concrétiser leur objectif et les accompagner dans leurs recherches grâce à des services en bibliothèque leur donnant accès à des collections riches et diversifiées. Pour atteindre ce but, la confédération travaille dans cinq domaines clés : acquisitions, services partagés, sensibilisation et accompagnement, gestion des collections et accès aux ouvrages.

Une bibliothèque numérique pour l’enseignement supérieur

L’initiative la plus importante de la Scurl est sans aucun doute la Bibliothèque numérique de l’enseignement supérieur d’Écosse (Scottish Higher Education Digital Library, SHEDL)2, créée en 2009 pour optimiser l’accès aux ressources électroniques et pour répartir de façon équitable les frais qui leur sont associés. La gestion des négociations individuelles est répartie entre cinq groupes de travail structurés en fonction du type de contenu : les livres électroniques, les revues, les contenus d’apprentissage, les livres imprimés et les abonnements.

La SHEDL a publié en avril 2021 une mise à jour de son Résumé stratégique afin de s’adapter aux nouveaux principes d’acquisition. La plupart des contrats conclus par la SHEDL pour l’accès aux revues s’alignent déjà avec l’objectif de créer une «  bibliothèque partagée  ». Cependant, les contrats de la SHEDL n’incluent pas tous l’intégralité de son consortium.

La Bibliothèque nationale d’Écosse abrite le siège de la Scurl.

Image

© Bibliothèque nationale d’Écosse - Edinbourg

Favoriser les échanges au sein de la confédération

Dans un environnement complexe et changeant, il est primordial pour la Scurl de faire connaître toute l’étendue de ses activités et de communiquer avec toutes les parties prenantes afin de favoriser une compréhension mutuelle des problèmes liés aux acquisitions et de faire respecter les engagements communs : garantir le meilleur rapport qualité-prix possible ainsi que les conditions de licence et les accords de préservation les plus avantageux.

Une autre fonction importante de la Scurl est de favoriser les liens entre ses membres. Elle a pour cela mis en place une série d’événements au cours desquels les membres peuvent construire leur réseau, et créé des groupes d’intérêt spécifique permettant à ses membres de s’appuyer sur l’expérience et l’expertise collectives du groupe. La Scurl œuvre aussi à faire avancer les projets à l’échelle nationale. L’Écosse est un petit pays d’environ 5,5 millions d’habitants, il est donc relativement aisé de parvenir à un consensus sur des questions d’ordre politique ou sur les pratiques à adopter.

Un patrimoine documentaire national construit collectivement

C’est dans ce contexte collaboratif qu’émerge la Politique relative aux derniers exemplaires d’ouvrages écossais (Last Scottish Copy Policy, LSCP) par le biais du groupe Collections et métadonnées de la Scurl. La LSCP a pour mission de garantir la responsabilité collective de la collection nationale. Bien que membre du Royaume-Uni, l’Écosse possède ses propres systèmes éducatifs, juridiques et de gouvernance qui confèrent au pays une identité culturelle distincte. Les collections des membres de la Scurl incarnent la production intellectuelle et la mémoire nationale collective de l’Écosse.

La LSCP vise donc à garantir que les chercheurs, au sens le plus large du terme, continuent d’avoir accès aux documents imprimés en Écosse. Bien que la LSCP s’applique principalement aux bibliothèques de l’enseignement supérieur, des documents importants sont conservés dans d’autres bibliothèques d’Écosse.

La Bibliothèque nationale d’Écosse3 joue un rôle prépondérant dans la mise en œuvre de cette politique. Il lui incombe en effet de conserver une copie de chaque livre écossais, comme l’indique sa Politique de développement des collections. Si d’autres bibliothèques souhaitent retirer de leur catalogue certains exemplaires de livres écossais qui ne sont pas conservés ailleurs dans le pays, la Bibliothèque nationale d’Écosse les intégrera dans ses collections. Elle tient également à jour la Bibliographie nationale d’Écosse qui fournit un registre complet des publications écossaises depuis l’avènement de l’imprimerie en 1508.

La LSCP se veut exhaustive et s’applique à tous les ouvrages écossais, quelle qu’en soit la langue : ceux publiés en Écosse, publiés en dehors de l’Écosse par un ressortissant écossais, traitant des Écossais, de l’Écosse ou de tout aspect de la vie et de la culture écossaises, traitant d’un Écossais ou d’une Écossaise en particulier. Il existe cependant certaines zones d’ombre nécessitant un examen au cas par cas.

La politique adopte une approche volontairement large pour s’aligner sur les politiques de gestion des collections locales qui restent subordonnées à la mission d’enseignement et de recherche des institutions. Il n’existe aucune politique globale de développement des collections à l’échelle de la Scurl s’appliquant à toutes les institutions membres. Une telle approche n’est pas réalisable compte tenu de la diversité de nos membres, de leurs collections et des contextes dans lesquels ils évoluent. Quoiqu’il en soit, les ouvrages concernés par la LSCP doivent pouvoir être identifiés.

Une base de connaissances à l’échelle du Royaume-Uni

Pour répondre à ce besoin d’identification, il est possible de tirer parti de certains développements mis en œuvre à l’échelle britannique. La Base de connaissances bibliographiques nationale (National Bibliographic Knowledgebase, NBK) est une vaste agrégation de métadonnées bibliographiques hébergées par Jisc4, une société à but non lucratif fournissant des solutions numériques pour l’éducation et la recherche au Royaume-Uni. Les contributions à la NBK proviennent des bibliothèques universitaires et spécialisées de tout le Royaume-Uni, l’objectif étant de fournir une vision aussi exhaustive que possible des collections qu’elles gèrent. La NBK s’inscrit en parallèle d’un ensemble de services rassemblés sous le nom de Library Hub et lancés en août 2019. L’outil Library Hub Discover permet de rechercher un titre dans les collections afin d’identifier les bibliothèques qui le proposent. Library Hub Compare va plus encore loin et permet aux utilisateurs d’effectuer une analyse comparative dans les collections de monographies et de périodiques.

À ce jour, 11 établissements d’enseignement supérieur écossais ont fourni des données à la NBK. Certains ont atteint ou atteindront prochainement l’objectif d’un téléchargement hebdomadaire dans la base de données élaborée par Jisc. D’autres contribuent moins fréquemment, les progrès réalisés sur ce plan ayant été retardés en 2020 par la pandémie de Covid-19.

Depuis avril 2021, le Groupe Collections et métadonnées s’emploie à soutenir une mise en œuvre plus large de la LSCP. L’objectif est de parvenir à un consensus sur un flux de travail pouvant être intégré aux pratiques de gestion des collections appliquées par nos institutions membres. Certains de nos collègues en Europe se sont montrés très intéressés par ce projet et nous étudions attentivement les initiatives similaires mises en œuvre pour la gestion collaborative des collections. Après cette phase initiale, nous envisageons d’appliquer cette politique aux ouvrages non imprimés en tenant compte de la possibilité pour les institutions de numériser les objets rares ou les collections importantes qu’elles détiennent. Il semble naturel d’étendre nos efforts de collaboration à la sphère numérique et d’adopter une approche holistique pour la préservation de nos collections nationales.

1 https://www.scurl.ac.uk

2 https://icolc.net/consortia/214

3 https://www.nls.uk

4 https://www.jisc.ac.uk

Notes

1 https://www.scurl.ac.uk

2 https://icolc.net/consortia/214

3 https://www.nls.uk

4 https://www.jisc.ac.uk

Illustrations

La Bibliothèque nationale d’Écosse             abrite le siège de la Scurl.

La Bibliothèque nationale d’Écosse abrite le siège de la Scurl.

© Bibliothèque nationale d’Écosse - Edinbourg

References

Bibliographical reference

Gillian Daly, « Écosse : une confédération au service d’une vision nationale », Arabesques, 102 | 2021, 20-21.

Electronic reference

Gillian Daly, « Écosse : une confédération au service d’une vision nationale », Arabesques [Online], 102 | 2021, Online since 15 juillet 2021, connection on 27 novembre 2021. URL : https://publications-prairial.fr/arabesques/index.php?id=2650

Author

Gillian Daly

Directrice de la Scurl

g.daly@nls.uk

Author resources in other databases

Copyright

CC BY-ND 2.0