CollEx : promouvoir l’excellence documentaire

DOI : 10.35562/arabesques.474

p. 6-7

Outline

Text

L’infrastructure CollEx, appuyée sur la plateforme de numérisation Persée, s’attelle à la valorisation des fonds scientifiques et gisements documentaires inexploités. Au sein du GIS en formation, elle prépare un saut qualitatif par rapport aux actions passées des Cadist, dont elle signe la fin.

Le dispositif CollEx (collections d’excellence pour la recherche)1, que le ministère de l’Éducation nationale, l’enseignement supérieur et la recherche (MENESR) met actuellement en place, est parti de plusieurs constats. Créé il y a trente ans, le dispositif Cadist (centres d’acquisition et de diffusion de l’IST) était destiné à assurer une couverture documentaire pour la recherche focalisée sur la production étrangère académique, dans un contexte où l’imprimé était dominant. Assorti d’une obligation de signalement et de fourniture de documents (les prêts entre bibliothèques, ou PEB), il offrait une gamme de services limitée. La révolution numérique et l’essor des licences nationales pour la documentation électronique l’ont rendu obsolète.

Plus largement, c’est le constat d’un bouleversement profond des pratiques des chercheurs, souligné dans l’enquête du Bureau VanDijk2, qui a poussé à revoir de fond en comble la politique du ministère. En effet, les ressources offertes sur le Web constituent le premier horizon de la plupart des chercheurs, non seulement en sciences et techniques mais aussi en lettres, sciences humaines et sociales, alors qu’il existe dans les bibliothèques et les centres de documentation s’adressant à la recherche bien des gisements documentaires insuffisamment exploités. Pour partie signalés dans les outils nationaux, ils demeurent insuffisamment référencés sur le Web. Dernier constat, les Cadist font la part belle aux bibliothèques universitaires et laissent de côté les fonds de recherche des laboratoires ou encore de grands établissements tels que la BNFou les Eprist. Autrement dit, les Cadist n’ont pas réussi à constituer un véritable réseau documentaire national de la recherche.

Développer des services au plus près des besoins des chercheurs, un enjeu de taille pour CollEx

Image

Alain Bachelier/Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Un soutien pluriannuel

Il aurait été possible de supprimer le dispositif sans autre forme de procès, en misant sur une forme d’autorégulation du Web et en investissant exclusivement dans les licences nationales. Ayant investi dans ce dernier secteur avec détermination, l’Allemagne a cependant choisi de ne pas abandonner et de faire évoluer son propre modèle, dont les Cadist se sont d’ailleurs inspirés, en le reliant beaucoup plus étroitement aux modes de fonctionnement des programmes de recherche (appels à projets pluriannuels mettant l’accent autant sur la documentation que sur une gamme élargie de services aux chercheurs). En France, le programme des CollEx ne s’inscrit pas dans le même contexte politique, le CNRS et la DFG3 n’ayant pas les mêmes missions : il a été décidé d’en faire un levier supplémentaire pour le rapprochement entre les universités et les structures de recherche, en accord avec la mission sur la documentation scientifique et technique confiée à l’Alliance Athena. L’idée d’un nouveau réseau documentaire national pour la recherche est ainsi née.

Du nouveau modèle allemand a été repris le principe d’un dispositif de soutien pluriannuel, en phase avec les grands programmes nationaux et internationaux de la recherche. Il ne s’agit plus désormais de financements récurrents pour la documentation courante. Le second objectif consiste à développer la gamme de services aux chercheurs, non seulement pour les inciter à utiliser des ressources méconnues, mais aussi pour s’inscrire au plus près de leurs attentes. La dimension numérique est également à renforcer, notamment via Persée.

Enfin, pour que le futur réseau se prenne en main, le ministère a choisi de donner à la future infrastructure de recherche la forme d’un groupement d’intérêt scientifique (GIS), composé de bibliothèques délégataires et des opérateurs nationaux que sont l’Abes, le Centre technique du livre de l’enseignement supérieur (CTLes), la BNF…, et avec les infrastructures du monde de la recherche, comme Huma-Num ou Persée. En articulation avec ces opérateurs, le GIS a pour mission d’organiser, avec l’appui du MENESR, la coopération entre les grandes bibliothèques patrimoniales et scientifiques et de développer des services répondant aux besoins des chercheurs.

Cartographier les collections

Pour rapprocher les chercheurs des gisements documentaires scientifiques et leur en faciliter l’usage, CollEx-Persée aura comme objectif la réalisation d’une cartographie nationale des fonds intéressant la recherche, alimentée par le réseau et soutenue par les opérateurs nationaux. Il a ainsi pour mission d’identifier les collections d’intérêt national en leur attribuant un label, en fonction de leur intérêt, leur originalité ou leur rareté et de contribuer à leur développement concerté et leur visibilité. CollEx-Persée s’intéresse de ce fait à la conservation partagée des fonds et à la numérisation. Pourquoi des bibliothèques délégataires ? Sélectionnées à l’issue d’un appel à manifestation d’intérêt, clos en décembre 2016, en fonction de la richesse et de l’originalité de leurs collections, de leur implication dans le monde de la recherche, de leurs initiatives en matière d’élargissement des collections à la collecte de matériaux documentaires pour la recherche et de leur rayonnement, elles animeront des réseaux spécialisés au sein du GIS et conduiront des programmes associant bibliothèques labellisées et chercheurs, en lien avec les opérateurs. La gouvernance du GIS, à laquelle elles participent, assure la cohérence des interventions.

Les domaines d’intervention de CollEx associent collections et services, y compris dans leur dimension numérique. CollEx vise à valoriser l’hybridation des matériaux de la recherche, quel que soit leur support, et à redonner aux collections des bibliothèques la visibilité qu’elles méritent et un accès facilité. À cet égard, CollEx se comportera comme un véritable instrument de politique documentaire nationale, à l’interface de la Bibliothèque scientifique numérique et de l’action des grands opérateurs nationaux.

Les initiatives de CollEx portent sur l’organisation et l’urbanisation des collections imprimées dans le périmètre documentaire national. Ainsi la cartographie évoquée plus haut fournira-t-elle l’occasion d’inscrire les collections – dans leur acception plus générale de ressources et matériaux pour la recherche – dans le panorama de l’activité de la recherche en croisant un annuaire thématique de la recherche et des informations documentaires. Par ailleurs, le développement des plans de conservation partagée permettra aussi de dessiner une carte de la conservation et de fournir une aide au fonctionnement du PEB. Ils présentent à la fois l’intérêt de débloquer des mètres carrés précieux pour l’accueil des publics et de services et celui de dessiner un paysage de ressources signalées, gérées et accessibles à la demande.

Initiatives orientées recherche

La numérisation constitue un autre axe à développer, sur lequel Persée apportera une expertise et un concours précieux pour la réalisation de programmes de numérisation centrés sur les besoins de la recherche. Ces ressources, rendues ainsi plus accessibles et donc susceptibles d’être largement popularisées auprès des équipes de recherche, faciliteront l’exploitation, au moyen, notamment, d’outils de fouille de texte. L’autre manière, complémentaire, de donner plus de visibilité à ces ressources, consiste à améliorer leur référencement sur le Web ; cette action est un élément critique depuis que le Web est devenu la porte d’entrée naturelle à l’information, y compris pour les chercheurs. Les établissements CollEx auront une responsabilité particulière à cet égard et le GIS aura à encourager les initiatives en ce domaine. Enfin, les dossiers visant à créer des services nouveaux et innovants pour la recherche pourront recevoir le soutien de CollEx et servir d’expérimentations qui, en cas d’évaluation favorable, seraient reproduites à plus grande échelle.

CollEx doit à la fois redonner force et vitalité au réseau documentaire et à ses ressources et permettre de conduire des initiatives nouvelles, clairement orientées recherche, pour accompagner les projets des chercheurs et leur en faciliter la réalisation. La présence, au sein du futur GIS CollEx, de l’Alliance Athena, qui prendra la responsabilité de suivre les développements documentaires pour le compte de toutes les Alliances, est la garantie d’une meilleure articulation des services, ressources et matériaux collectés avec le monde de la recherche pour réaliser un saut qualitatif par rapport à l’action passée des Cadist.

Incontestablement, CollEx-Persée est riche de potentialités structurantes pour le monde documentaire au service de la recherche et peut s’avérer un puissant outil de coordination de la politique documentaire au travers d’une alliance renouvelée avec la recherche. Mais il faudra, pour réussir, à la fois bien sélectionner les opérations prioritaires et novatrices et élargir le socle des moyens mobilisés pour donner une véritable dimension nationale et internationale à ce programme.

Les prochaines étapes

• Constitution du GIS, qui sera effective en début d’année 2017 après sélection des candidatures déposées fin décembre 2016
• Choix d’un établissement porteur du GIS, ayant une capacité opérationnelle à animer un réseau transdisciplinaire
• Définition de sa feuille de route par le GIS (neuf mois), à court et moyen terme, ainsi que des premières actions à conduire au niveau du réseau, à la fois sur les services transversaux (PEB…) et à partir des initiatives des bibliothèques et regroupements de bibliothèques via la procédure d’appels à projet
• Élaboration des critères d’évaluation de son action par le GIS pour produire un bilan qui permettra de décider des évolutions futures
• Coordination et articulation de l’activité du GIS avec les initiatives de la BSN, à définir de concert avec celle-ci sous l’égide du ministère

1 http://www.collex.eu

2 Bureau van Dijk Information Management, MENESR, Étude portant sur la politique nationale de soutien aux acquisitions de documentation recherche

3 L’agence allemande de moyens pour la recherche.

Notes

1 http://www.collex.eu

2 Bureau van Dijk Information Management, MENESR, Étude portant sur la politique nationale de soutien aux acquisitions de documentation recherche destinée à accompagner la mise en place du dispositif documentaire national CollEx, 2016.

3 L’agence allemande de moyens pour la recherche.

Illustrations

Développer des services au plus près des besoins des chercheurs, un enjeu de taille pour CollEx

Développer des services au plus près des besoins des chercheurs, un enjeu de taille pour CollEx

Alain Bachelier/Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

References

Bibliographical reference

Valérie Tesnière and François Cavalier, « CollEx : promouvoir l’excellence documentaire », Arabesques, 84 | 2017, 6-7.

Electronic reference

Valérie Tesnière and François Cavalier, « CollEx : promouvoir l’excellence documentaire », Arabesques [Online], 84 | 2017, Online since 08 juillet 2019, connection on 26 février 2021. URL : https://publications-prairial.fr/arabesques/index.php?id=474

Authors

Valérie Tesnière

Directrice de la BDIC Coordinatrice du groupe de travail CollEx Cartographie et critères

valerie.tesniere@bdic.fr

Author resources in other databases

By this author

François Cavalier

Directeur de la bibliothèque de Sciences Po Président du Comité opérationnel CollEx

francois.cavalier@sciencespo.fr

Author resources in other databases

By this author

Copyright

CC BY-ND 2.0