Vers une injonction à la participation sur les réseaux sociaux dans l’exposition ?

Mutations des écritures scénographiques à la Réunion des musées nationaux – Grand Palais

DOI : 10.35562/balisages.423

Abstracts

Depuis les années 1960, la participation en contexte muséal se caractérise par de profondes mutations. Conséquence du tournant gestionnaire et communicationnel des musées [Davallon, 1992], la mobilisation du paradigme de la participation dans les expositions des musées d’art et de société semble plus importante qu’auparavant, et s’hybride à une stratégie communicationnelle s’appuyant largement sur les réseaux sociaux numériques (RSN). Cet article explore la matérialisation scénographique des relations entre RSN et musées au sein des espaces d’exposition. J’analyse pour cela des terrains d’enquête menés à la Réunion des musées nationaux - Grand Palais (Paris) entre 2016 et 2018. Les dispositifs analysés (scénographies immersives, mots-dièse, écrans plats de visualisation de la participation) montrent que des écritures scénographiques circulent entre différents acteurs institutionnels et des RSN. In fine, la mutation de la scénographie à plusieurs endroits matérialise une injonction globale à la participation photographique dont j’étudierai ici la grammaire de production [Verón, 1987].

Since the 1960s, participation in the museum context has been marked by profound changes. As a consequence of the managerial and communicational shift in museums [Davallon, 1992], the mobilization of the participation paradigm in art and society museum exhibitions seems more prominent than before, and is hybridized with a communicational strategy of these cultural institutions relying heavily on social networks. This article explores the scenographic materialization of the relations between social networks and museums within exhibition spaces. To do so, I analyse the fieldwork conducted at the Réunion des musées nationaux - Grand Palais (Paris) between 2016 and 2018. The devices analyzed (immersive scenographies, hashtags, participatory visualization on flat screens) show that scenographic writings circulate between different institutional actors and social networks. Therefore, the mutation of the scenography in several places materializes a global injunction to photographic participation, of which I will study here the grammar of production [Verón, 1987].

Index

Mots-clés

participation, réseaux sociaux, Réunion des musées nationaux – Grand Palais, pratiques photographiques, scénographie

Keywords

participation, social networks, Réunion des musées nationaux – Grand Palais, photographic practices, scenography

Outline

Text

Depuis les années 1960, la participation en contexte muséal se caractérise par de profondes mutations : les inaugurations de nouvelles institutions (comme l’écomusée du Creusot) sont le fruit d’une réflexion intense sur le « renouvellement » des missions du musée, dans laquelle la « nouvelle muséologie » fait de la participation un outil essentiel au service du musée [Delarge, 2018, p. 8]. Elle se pense alors à la fois comme locale et éminemment politique, vise à faire participer à la vie de la société locale sous la forme d’organisation de débats, à impliquer les citoyens dans le fonctionnement du musée.

Les musées de science ont également exploré le paradigme de la participation, sous l’angle de l’interactivité et de la manipulation gestuelle [Eidelman, Van Praët, 2000]. Face aux parcours de visite contemplatifs et distants préconisés dans la plupart des expositions d’art, la participation dans les musées de sciences implique une action de « faire » avec et dans l’institution.

Cet article part d’un constat issu de ma recherche doctorale : la mobilisation du paradigme de la participation dans les expositions des musées d’art et de société semble plus importante qu’auparavant, et s’hybride à une stratégie communicationnelle de ces établissements culturels s’appuyant largement sur les RSN. Par ailleurs, dans le contexte particulier du tournant gestionnaire et communicationnel des musées [Davallon, 1992], certaines injonctions voient le jour, circulent [Labelle, 2007] et contribuent à la métamorphose des institutions culturelles. Parmi ces dernières, l’injonction à la créativité [Andonova, Kogan, 2015] ou à la participation [Appiotti, Sandri, 2020] occupe une place prépondérante.

Se basant sur un corpus d’expositions temporaires de la Réunion des musées nationaux – Grand Palais (RMN – Grand Palais), ma démarche de recherche a choisi d’interroger la matérialisation d’injonctions à la participation et au « partage » photographique sur les réseaux sociaux. Comment ces injonctions sont adressées au public de ces expositions et comment renseignent-elles la mutation contemporaine de la participation ?

Une enquête ethnographique par observation participante, empruntant à l’anthropologie de la communication [Winkin, 2001], a été déployée à la RMN – Grand Palais auprès des visiteurs de trois expositions :

  • Seydou Keïta (2016), présentant les portraits capturés par le photographe malien dans les années 1950 à Bamako ;
  • Empires (Monumenta 2016), une installation contemporaine de Huang Yong Ping dans la Nef du Grand Palais sur le thème du commerce, de la globalisation et des luttes pour le pouvoir ;
  • Mexique (2016-2017), dédiée aux avant-gardes mexicaines de la première moitié du XXe siècle.

Ces trois expositions ont été sélectionnées car elles comprennent dans leur conception au moins un dispositif en rapport avec la photographie (au sens large : média informatisé, scénographie, signalétique, etc.), conçu par les équipes de la RMN – Grand Palais. Par ailleurs, le corpus a été construit pour comparer plusieurs types de muséologie [Davallon, 2011] et analyser leur éventuelle influence sur la nature des pratiques photographiques réalisées pendant la visite.

Cette démarche ethnographique a été associée à une analyse du discours expographique et de l’écriture des expositions [Chaumier, 2012] et à des entretiens semi-directifs réalisés auprès d’agents de la RMN – Grand Palais de trois services (communication, médiation, numérique).

Cet article s’intéressera plus particulièrement à la façon dont les écritures scénographiques se conçoivent, se déploient et mettent en tension différents enjeux : les représentations du public, de leurs comportements attendus comme de leurs pratiques ; à la façon dont celles-ci, comme leurs représentations sociales [Jodelet, 1989, p. 36] innervent enfin les choix effectués en matière de mises en exposition et d’incitation à la participation. Mon hypothèse de départ est que le processus de mise en exposition, qui passe notamment par la scénographie, va avoir tendance à préfigurer des écritures photographiques, qui seront ensuite plus ou moins actualisées par les visiteurs lors de leur interprétation des objets.

Le visiteur photographe, une focale émergente d’analyse des relations entre musées et réseaux sociaux numériques

Libéralisation des pratiques de la photographie et mutations de la participation en contexte muséal

Les pratiques photographiques du visiteur sont un objet de recherche récent en muséologie et coïncident notamment avec une mutation du traitement institutionnel accordé à ces dernières. Par exemple, en 2013, Serge Chaumier, Anne Krebs et Mélanie Roustan posent dans l’introduction de l’ouvrage collectif Visiteurs photographes au musée la question suivante : « Interdire, autoriser ou encourager la pratique photographique des visiteurs ? Tel est le questionnement auquel ils [les musées] doivent aujourd’hui faire face » [Chaumier, Krebs, Roustan, 2013, p. 10]. À cette période, les musées réévaluent la pertinence de l’interdiction de photographier dans l’exposition : certains en libéralisent la pratique à l’aune de nouveaux enjeux, tandis que d’autres réaffirment leur volonté de contrôler cette pratique, en l’interdisant partiellement (musée du Louvre en 2005), ou totalement (musée d’Orsay, de 2010 à 2015). Ces politiques institutionnelles semblent indiquer une volonté d’orienter des manières de bien regarder l’objet culturel. Ces interdictions mettent par exemple en avant le confort de visite, ou la sécurité des œuvres pour justifier leur existence. Au contraire, dans d’autres institutions, comme la RMN – Grand Palais depuis 2013, les pratiques photographiques des visiteurs sont explicitement encouragées, surtout si elles comportent une dimension de partage sur les RSN. En 2014, une charte « Tous Photographes ! »1 est d’ailleurs diffusée par le ministère de la Culture et de la Communication à destination des établissements patrimoniaux dont elle a la tutelle.

La charte propose sous forme d’articles un système de valeurs alternatif régissant les modalités de la visite, d’interaction avec les œuvres et de pratiques de l’espace. L’article 3 est sans doute le plus intéressant ici. Son logo, reproduit ci-après, représente un appareil photo noir, contenant une arobase rose.

Figure 1. Logo de l’article 3 de la Charte « Tous Photographes », ministère de la Culture et de la Communication, 2014

Image

Source : Extrait du site : < https://www.culture.gouv.fr/content/download/96844/869352/version/2/file/TousPhotographes.pdf >.

Ce symbole d’accès au web et de connexion est associé à des flèches directionnelles : l’appareil photo semble comme connecté et en capacité de partager son contenu visuel. L’article 3 auquel le logo est associé contient en effet une injonction forte à la participation photographique : « Le visiteur peut partager et diffuser ses photos et ses vidéos, spécialement sur Internet et les réseaux sociaux, dans le cadre de la législation en vigueur ». Le verbe « pouvoir » acquiert ci-dessus une forte dimension injonctive, renforcée par l’emploi de l’adverbe « spécialement ». Il donne des indices sur l’intentionnalité de l’énonciateur de stimuler les pratiques photographiques du visiteur vers le partage de contenus en ligne.

Par la photographie, une conception préférentielle de la participation est proposée au visiteur, par le biais d’expériences scénographiques (espaces pensés pour la prise de vue et le partage) et des dispositifs manipulatoires (outils-logiciels, photomatons, etc.). Cette reconfiguration de la participation est notamment due à l’imaginaire même des dispositifs numériques et à ses effets de sens idéologiques [Verón, 1987, p. 183] : « l’extension du participatif à une muséographie impliquant le visiteur mais purgée de toute dimension politique est assez récente : elle coïncide avec le développement des usages de dispositifs numériques » [Le Marec, 2018, p. 26].

En effet, le développement de dispositifs numériques au sein des musées a notamment comme effet de projeter dans le champ institutionnel des effets de sens idéologiques liés au Web dit « 2.0 » [O’Reilly, 2005] et à la culture participative des fans [Jenkins, 2006]. Tim O’Reilly défend par exemple la thèse selon laquelle la survie du web, et plus largement des industries culturelles, doit se nourrir du paradigme participatif. Dans ce dernier, l’utilisateur passif deviendrait un « véritable “générateur de contenus” » [Bouquillion, Matthews, 2010, p. 5-6]. Or, dans cette ode au participatif, à la photographie, fixe ou en mouvement, joue un rôle majeur en étant directement associée au smartphone, dispositif par excellence de l’écriture-lecture contemporaine. C’est ce qu’analyse également Gustavo Gomez-Mejia dans un article consacré au partage photographique [2017]. Dans ce dernier, le chercheur part du constat de la fascination exercée par ces photographies partagées sur les réseaux sociaux et invite à la prise de distance réflexive face à ces dernières. Il observe en effet un glissement ces dernières années de la rhétorique de la participation amateur vers son partage, « mot d’ordre doux (tout internaute doit savoir “partager”) » [Gomez-Mejia, 2017], clairement mis en avant dans la charte « Tous photographes ! » précédemment analysée.

C’est dans ce contexte de transformation du rapport des institutions culturelles à la photographie et à ses pratiques que se déploie mon enquête dans les Galeries nationales du Grand Palais (GNGP).

Les Galeries nationales du Grand Palais : spécificités d’une mise en exposition sans collection

Fondées en 1964 par André Malraux, les GNGP mettent à profit une partie des galeries d’exposition construites sous le nom de Grand Palais, situé dans le 8e arrondissement de Paris, à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900. Les GNGP entrent alors en droite ligne de la conception de l’art par André Malraux, pour qui il est important de « favoriser cette relation directe du public avec les œuvres » [Pire, 2016] par la mise en exposition de ces dernières.

Fonctionnant exclusivement selon un calendrier d’expositions temporaires, les GNGP sont des espaces de mise en exposition [Davallon, 2000, p. 11] atypiques. Elles se caractérisent par un renouvellement fréquent de la muséographie, de la scénographie et du discours scientifique.

Les évolutions récentes de la mise en exposition depuis la fin des années 1980 ont permis à Jean Davallon de considérer que l’exposition est une « technologie de l’écriture » [Davallon, 2010, p. 230], conçue pour être interprétée par un visiteur en situation de réception. La mise en exposition consiste alors à faire des choix signifiants, en termes d’expôts, de dispositifs et de mise en espace, afin que ce tout disparate soit interprété de façon dynamique et structurée comme un texte [Harris, 1994] par le visiteur. L’exposition prépare des modes de réception lors de sa conception. L’actualisation de ces modélisations peut ensuite s’apparenter à un acte d’interprétation créatif et dynamique par le visiteur, créant de fait un nouveau texte. Celui-ci peut aller de la contemplation distante à la sociabilité entre proches au sein de l’espace d’exposition jusqu’aux pratiques photographiques et à leur éventuel partage sur les réseaux sociaux numériques.

Pour analyser les mutations des GNGP dans son rapport à la photographie et aux RSN, notre approche se fonde sur une analyse sémio-pragmatique s’appuyant sur la perception proposée par Jean Davallon de l’espace d’exposition [2000], et plus particulièrement de sa scénographie. Pour le chercheur, la scénographie, « c’est parler de scène – et donc d’espace –, mais aussi de graphie, autrement dit d’écriture » [Davallon, 2010, p. 229]. En cela, la scénographie peut être comparée à la photographie, photos forein, « écrire à partir de la lumière ». Les deux éléments ont en commun d’avoir un rapport intime à l’écriture médié par un dispositif, qu’il soit skênêgraphia au sens grec antique [Freydefont, 1993] ou photographique [Schaeffer, 1987]. La scénographie nous intéresse dans notre enquête dans sa contribution à la sémiotisation [Davallon, 2000, p. 73], soit ce qui fait sémiose, représentation au sens théâtral (lumière, proxémique, volume, forme et plasticité du lieu, etc.) dans l’espace de la visite et contribue au guidage de l’interprétation de ce qui est exposé par le visiteur [Merleau-Ponty, 2010, p. 203-204].

Une variété de dispositifs tendant vers une même injonction à la participation photographique

Certains dispositifs dans les GNGP mettent en avant de façon explicite les pratiques photographiques dans les expositions étudiées : photomatons, mots-dièse, écrans plats diffusant les participations visuelles des usagers à partir des plateformes Instagram et Twitter, ou encore scénographies immersives proposant une ambiance propice à la prise de vue.

(Se voir) participer : des mots-dièse et des écrans plats pour stimuler la participation

La stimulation de la participation photographique dans l’exposition s’articule autour de trois piliers. Un mot-dièse thématique de l’exposition temporaire sur le modèle #NomDeLexposition (#ExpoSeydouKeïta) permet d’agréger des contenus numériques publiés par les visiteurs sur les RSN, selon une logique relevant originellement de la folksonomie [Le Deuff, 2006]. Ensuite, le déploiement d’une rhétorique injonctive dans l’exposition incite au partage de ces mêmes contenus : « Partagez #ExpoSeydouKeïta ». Cet impératif est accompagné des logos des plateformes Facebook, Twitter et Instagram. Enfin, cette stimulation est complétée par l’installation permanente d’écrans plats diffusant des informations pratiques comme des contenus promotionnels de la RMN – Grand Palais. Elle offre aussi la possibilité de visualiser en temps réel la participation des internautes autour d’un mot-dièse choisi par l’un des agents de la sous-direction du numérique de cette institution : par exemple, un écran peut être paramétré pour diffuser uniquement des photographies du mot-dièse #ExpoSeydouKeïta agrégées depuis Twitter ou Instagram.

Ce dispositif proposé au visiteur pour se voir participer a particulièrement été utilisé dans l’édition 2016 de la Monumenta (Empires). Ce dispositif est intitulé « mur social » (social wall) et n’est pas spécifique au monde de l’exposition. Bien au contraire, il relève de ces dispositifs numériques triviaux, au sens d’Yves Jeanneret [2008], que l’on retrouve avant tout dans les stades (Olympique de Marseille)2 et certaines conférences (Google, TEDx3). Deux bénéfices intimement liés semblent attendus d’un tel dispositif du point de vue du marketing numérique ; bénéfices que l’on retrouve par ailleurs explicités par le sous-directeur du numérique de la RMN lors d’une conférence donnée en janvier 2016 au Salon Museum Connection à Paris et modérée par une employée d’Instagram : il s’agirait de créer un sens de la communauté, de favoriser « l’engagement » du public et de générer plus de conversations et d’interactions, par exemple en montrant des traces de la participation concrète aux autres participants et usagers.

Ainsi, le dispositif est un hybride entre une grammaire de production [Verón, 1987]4 et une exemplification. La photographie ci-dessous des écrans plats de l’installation Empires en est un exemple concret. On peut y lire la consigne injonctive suivante : « Suivez et partagez votre expérience de visite #Monumenta2016 #HuangYongPing Share your experience of your visit #Monumenta2016 #HuangYongPing ». Le premier écran plat diffuse des informations promotionnelles à propos des différentes ressources numériques de la RMN – Grand Palais (site web, chaîne YouTube, etc.). Le second permet aux visiteurs, après un court temps d’attente, de visualiser leur participation sur la plateforme Twitter.

Figure 2. Dispositif de type « mur social » (exposition Empires, RMN – Grand Palais), 2016

Image

Source : Sébastien Appiotti.

La scénographie immersive, une grammaire de production mise au service de la participation

Une troisième famille de dispositifs vient compléter la stimulation de la participation photographique. Il s’agit d’unités scénographiques immersives invitant le visiteur à inscrire son corps dans une ambiance sur le thème de l’exposition, puis à se prendre en photo, pour enfin partager ses créations sur les RSN.

Pendant le temps de notre enquête, la RMN – Grand Palais a mis en place cette stratégie scéno-photographique à trois reprises dans les GNGP :

  • dans l’exposition Seydou Keïta (2016), avec un sas immersif en wax, incitant au partage photographique sur Instagram ;
  • dans l’exposition Hergé (2016), avec un mur comportant des personnages de la bande dessinée Tintin manifestant avec des pancartes : « Pour un Joyeux Noël », Tintin portant « Vive la Paix ! » ou bien encore La Castafiore avec « Ah ! Je ris… ». Dans le dépliant de l’exposition5, on peut lire : « LE MUR DES SELFIES. Photographiez-vous devant le mur des personnages d’Hergé et partagez vos images sur les réseaux sociaux. #ExpoHergé » ;
  • dans l’exposition Mexique (2016-2017), avec l’installation d’un dispositif passe-tête, à l’arrière-fond duquel se trouve une reproduction de la peinture Río Juchitán de Diego Rivera (1956). Ce dispositif de stimulation des pratiques photographiques est habituellement utilisé dans les parcs d’attraction et dans les lieux touristiques. Il consiste à passer sa tête dans un cadre, généralement en bois décoré, pour se faire prendre en photo. Le dispositif a été accompagné d’un espace cubique dédié à la photographie et appelé par la RMN – Grand Palais Tiny Room6.

Dans l’exposition Seydou Keïta, le public est accueilli par une entrée en motif wax de plusieurs mètres de hauteur et de largeur. La même atmosphère colorée se retrouve à l’intérieur d’un sas, espace intermédiaire avant l’entrée dans la première salle de l’exposition. Ce sas revêt une importance spatiale capitale : chaque visiteur est obligé de s’y arrêter pour faire scanner son billet, voire d’y stationner en cas de forte affluence. Collé au mur opposé à la vérification des billets, on trouve des documents de médiation (comme des livrets-jeux pour enfants, des livrets textes pour adultes), et un dispositif mural de prise de photographies. Celui-ci se sert des motifs géométriques en wax jaune, noir et orange pour assurer une immersion dans une ambiance exotisante à la Seydou Keïta. Par exotisme, nous entendons la mobilisation de la « notion du différent ; la perception du Divers et la connaissance que quelque chose n’est pas soi-même » [Segalen, 1999 [1978], p. 41]. Le dispositif reprend par ailleurs les codes du photocall, soit un pan de mur ou un kakemono dont la charte graphique sert de toile de fond à la prise de photographies, par exemple à l’occasion d’une avant-première de film ou d’un festival. Dans l’exposition Seydou Keïta, c’est ce mur en wax qui fait office de photocall.

Ce sas se veut être une modélisation du studio de l’artiste photographe en proposant au visiteur une discontinuité par rapport au quotidien. Or, il s’agit pour les concepteurs de l’exposition de faire en sorte que cet arrachement face à la quotidienneté ne soit pas incompatible avec le fait d’entrer « dans un temps mémorable dont le sujet aime souvent garder une trace matérielle (photo, accessoire, objet souvenir) ou immatérielle (souvenir anecdotique, récit mémorable) » [Boutaud, Verón, 2007, p. 150].

Or, les photos reproduites ci-dessous montrent également des injonctions indirectes à la prise de vue photographique, par le biais du mot-dièse de l’exposition et de la présence d’un logo « appareil photographique », qui est en réalité le logo de la plateforme Instagram.

Figure 3. Sas immersif en wax (exposition Seydou Keïta, RMN – Grand Palais), 2016

Image

Source : Sébastien Appiotti.

Ce logo est ainsi le symbole d’une transformation en profondeur du sens initial du studio de Seydou Keïta. La modélisation proposée évacue le contexte politique et social de la prise de vue (le Mali colonial des années 1950) et réoriente sa finalité par une incitation au partage photographique et à la circulation des contenus sur une plateforme industrielle.

La présence même du logo d’Instagram dans la signalétique de cette exposition interroge quant à la relation des GNGP avec la plateforme : Suppose-t-on par exemple que tous les visiteurs sont censés décoder ce signe ? Il faut à cet endroit préciser que l’on retrouve cette même association d’idées dans la communication numérique de la RMN – Grand Palais sur Twitter à l’occasion de l’exposition Mexique : « Notre #TinyRoom de l’#ExpoMexique est prête ! Venez prendre la pose dès demain ! #grandpalais @InstagramFrance ».

Figure 4. Tweet promotionnel de la Tiny Room (exposition Mexique), RMN – Grand Palais, Twitter, 2016

Image

Source : Extrait de < https://twitter.com/GrandPalaisRmn/status/783374468114776065?s=20 >.

Pour explorer plus en avant les relations entre la RMN – Grand Palais et Facebook, je me suis inspiré de la méthodologie proposée par Camille Alloing et Julien Pierre dans Le web affectif [2017]. Ces auteurs, notamment confrontés à la difficulté d’obtenir des entretiens avec les acteurs économiques des plateformes, ont proposé des outils méthodologiques alternatifs pour contourner l’impossibilité d’enquêter à proprement parler avec Facebook : étude des brevets, des discours, du design d’interface sont quelques-unes des pistes proposées par les chercheurs. J’ai adapté cette méthodologie, en me concentrant sur le design des lieux de travail du groupe Facebook : en somme, leur scénographie. À titre d’exemple, je me suis intéressé aux locaux de Facebook France, situés dans le quartier du Sentier (Paris) et ce qu’ils révèlent en termes de représentations sociales et de systèmes de valeurs.

Pour cela, je me suis notamment appuyé sur la visite des locaux de Facebook France par deux journalistes du Figaro le 19 juillet 2017, en compagnie de la directrice de communication de Facebook France, Michelle Gilbert. Lors de cette visite, on aperçoit entre autres une Citroën DS décapotable cernée de flashs. À l’arrière de cette dernière, des accessoires sont en évidence, tels que des lunettes ou des perruques. La directrice de la communication décrit la voiture en ces termes :

Tout le monde connaît les DS, ça a beaucoup de symbolique dans le patrimoine français, on entre et tout de suite on est confronté à cette DS. On incite les gens à se faire prendre en photo. On a pas mal de choses vous voyez : on met le chapeau, on part en voyage. […] Ici tout est interactif : on vient ici pour partager et les gens viennent ici pour faire les photos dans cette magnifique DS. [Benitah, Périnel, 2017]

Roland Barthes consacre quelques pages à décrire cette DS dans Les mythologies [1992 [1957], p. 150-152]. Selon lui, cette voiture serait un objet magique représentant une certaine vision de la France où « les choses ont l’air de signifier toutes seules » [ibid., p. 231]. Il est particulièrement signifiant, que dans ces bureaux, ici, le dispositif chargé de valeurs « à la française » soit explicitement associé à la prise de vue et au partage photographique, si possible sur les RSN du groupe Facebook.

Une deuxième comparaison permet de souligner une polychrésie [Jeanneret, 2008, p. 87] de conception entre la sous-direction du numérique de la RMN – Grand Palais et Facebook : la Tiny Room de l’exposition Mexique d’un côté, face à son modèle original exposé par Instagram dans les locaux de Facebook France. Pour ce faire, j’ai conçu un tableau structuré ci-dessous autour de trois items : la temporalité ; la nature de la grammaire de production ; les verbatims des porte-parole de la grammaire de production.

Tableau 1. Comparaison de deux dispositifs scénographiques d’incitation à la photographie : Maison de poupée (Instagram) - Tiny Room (RMN – Grand Palais)

Critères comparatifs Maison de poupée, Instagram, Facebook France Tiny Room, Mexique, RMN – Grand Palais
Date de création Avril 2016 Octobre 2016
Grammaire de production - Dispositif composé de trois murs pleins, d’un mur ouvert, par lequel on entre dans un petit loft de style suédois avec des chaises, une table, un canapé, etc. - L’ambiance fait penser à un salon de thé, ou un boudoir. - Vue sur la Tour Eiffel depuis l’une des fenêtres. - Multiples aménagements pour la prise photographique dans ce décor. - Dispositif composé de trois murs pleins, d’un mur ouvert, avec un encadrement blanc sur lequel il y a marqué : « Tiny Room », « Prenez la pose ». Des logos de plateformes sont présents : Facebook, Twitter et Instagram. - À l’intérieur, possibilité de découper du papier de couleur et de le coller sur le mur ou sur son visage pour se prendre en photo. - Deux bancs et une mini-table sont installés pour la prise de vue photographique.
Verbatim Michelle Gilbert : « Vous verrez ensuite ce petit coin qui ressemble à une maison de poupée. En fait, c’est un petit coin Instagram et les personnes peuvent se faire photographier, peuvent se mettre sur Instagram » [Benitah, Périnel, 2017]. Roei Amit : la Tiny Room a pour objectif de « favoriser l’engagement pictural du public » [Illiès, 2016].

Il s’agit dans les deux cas d’arrimer une ambiance scénographique immersive à une injonction photographique. Il est proposé une zone conçue comme photogénique, et donc propice à la production de photographies destinées aux RSN. Facebook a prolongé cette expérience en remplaçant en 2019 le dispositif « Maison de poupée » par une scénographie immersive imitant en noir et blanc une rue « typique » de Paris.

Figure 5. Dispositif Rue de Paris (Facebook France, Paris), 2019

Image

Source : Sébastien Appiotti.

La participation sur les RSN, au cœur des représentations

Les dispositifs présentés sont parfois accompagnés d’outils-logiciels de type application mobile, et conçus par la sous-direction du numérique de la RMN – Grand Palais. Dans ces dernières, de nombreuses traces d’incitation à la participation sont également présentes. En effet, la subjectivité du visiteur serait un embrayeur de premier plan pour l’inciter à partager ses créations sur les RSN. Plusieurs éléments viennent le prouver, comme les discours sociaux des enquêtés eux-mêmes. Par exemple, Roei Amit, le responsable de la sous-direction du numérique à la RMN – Grand Palais, présente comme allant de soi la relation entre la prise de vue, l’utilisation d’un module de création photographique dans l’application mobile Hergé (2016) et son partage sur les plateformes socio-numériques :

Côté photographie, à travers notre application, le public pourra insérer dans ses photos des bulles de dialogue issues des albums célèbres et buller ou « bédéiser » ses photos, puis les partager. [Illiès, 2016]

Ce même allant de soi est décliné par son homologue en charge de la cellule Médiation. Interrogée à propos de la présence d’écrans plats de visualisation de la participation, l’enquêtée insiste sur le fait que la pratique de visite devrait être synonyme de son partage :

Si je vais dans un lieu culturel, c’est quand même valorisant. Et j’ai envie de le partager, de dire aux autres « venez faire l’expérience que j’ai faite moi-même, c’était génial » ou au contraire « je n’ai pas tellement aimé, donc venez aussi voir, comme ça vous me direz ce que vous en pensez ». [Responsable de la cellule Médiation, RMN – Grand Palais]

Or, les données récoltées par la cellule Études et Marketing de la RMN – Grand Palais mettent quantitativement en doute cet allant de soi. Entre 2013 et 2016, seuls 3 % des visiteurs ayant visité au moins une exposition déclarent avoir utilisé leur smartphone ou leur tablette en rapport avec leur visite pour partager des contenus (texte, image, vidéo) sur les RSN.

Conclusion

Mon terrain d’enquête a montré la circulation existante des formes scénographiques comme des grammaires de production entre la RMN – Grand Palais et certaines plateformes socionumériques (Facebook, Instagram) et en toile de fond, des espérances des concepteurs vis-à-vis de ces mêmes plateformes. Au cœur de cette enquête autour des GNGP se trouve un enjeu fort de repositionnement institutionnel de la RMN – Grand Palais : la « réactualisation » [Cambone, 2016] de la participation, fait ici front avec une « reconfiguration du photographique » [Gunthert, 2015] liée au numérique et aux RSN. Ce repositionnement est certes révélateur d’une volonté d’aller au-delà d’une simple expérience esthétique avec l’œuvre. Il traduit dans le même temps un souci de guider le regard du visiteur par une panoplie de dispositifs permettant d’opérationnaliser une injonction globale à la participation par la création qui profite à la fois à l’institution et aux RSN. Cette grammaire vise à guider les corps, orienter les conduites et les pratiques du visiteur vers une lecture préférentielle de l’image photographique.

L’exposé des résultats de cette enquête s’inscrit dans un contexte bien particulier : celui du tournant gestionnaire du musée mettant la fonction de communication au cœur de son fonctionnement [Davallon, 1992]. Cette mutation institutionnelle conduit à la circulation de nouvelles injonctions, comme celle à la participation. Un paradigme fortement réactivé depuis les années 2000 et que Serge Proulx qualifie d’illusion et de « ruse sémantique » [2017] tant son sens initial est reconfiguré au profit d’autres logiques. Dans cet article, j’ai pu ainsi montrer que l’injonction à la participation se matérialise par une mobilisation de formes et de discours visant à l’« accompagnement aux degrés variés – du plus léger au plus impératif – et de propositions visant à stimuler et à susciter des pratiques » [Alexis, Appiotti, Sandri, 2019]. Des incitations de nature variée, et non spécifiques à l’espace de l’exposition, circulent en son sein : vivre une expérience, participer et partager. Les discours étudiés, notamment, montrent un intérêt marqué de certains services de la RMN – Grand Palais pour le partage photographique. Cette dynamique est à contextualiser plus largement dans un usage du « partage » qui « euphémise et euphorise le travail de production et de distribution de contenus sur les réseaux » [Gomez-Mejia, 2017].

Alors que la RMN – Grand Palais va prochainement entamer une restauration et un réaménagement d’envergure jusqu’en 2025, ses équipes auront une occasion précieuse d’approfondir leur réflexion sur le rôle des médias sociaux dans l’exposition : doivent-ils continuer à être prioritairement articulés à une stratégie communicationnelle ? Permettre, notamment en contexte de crise sanitaire, une seconde visite personnalisée en ligne à travers les points de vue, les interprétations et les photographies des visiteurs ? Contribuer plus encore à façonner l’image de marque de l’institution ? Plus largement, l’étude des injonctions à la participation me semble être une approche critique féconde pour décrypter l’évolution des relations entre les institutions culturelles et les RSN, tant par une étude des discours prescrivant des usages normatifs de ces derniers, que par une analyse de la conception et de la réception de dispositifs permettant de créer, partager et consulter des contenus sur ces réseaux.

1 Tous Photographes ! La charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux, ministère de la Culture et de la Communication, 2014. < ht

2 Q. Lechemia, « Protégé : Stade, événements… L’Olympique de Marseille engage ses fans avec SocialWall », SocialWall, 10 avril 2019. <https://soc

3 The Social Wall For Your Event, Walls.io. <https://walls.io/solutions/events>.

4 Eliséo Verón définit la « grammaire » en tant qu’« opérations d’investissement de sens dans les matières signifiantes » [Verón, 1987, p. 125].

5 Dépliant de l’exposition Hergé, RMN – Grand Palais, 2016. <https://www.grandpalais.fr/pdf/Depliant_Herge_fr.pdf>.

6 Littéralement « petit.e espace/pièce ».

Bibliography

Alexis, L., Appiotti, S., Sandri, É. (2019). « Présentation du supplément 2019 A : les injonctions dans les institutions culturelles ». Les enjeux de l’information et de la communication, 20 (3). <https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr/2019/supplement-a/00-presentation-du-supplement-2019-a-les-injonctions-dans-les-institutions-culturelles-ajustements-et-prescriptions>.

Alloing, C., Pierre, J. (2017). Le web affectif : une économie numérique des émotions. Bry-sur-Marne, INA Éditions.

Andonova, Y., Kogan, M.-F. (2015). « De l’injonction à la créativité à sa mise en œuvre : quel parallèle entre monde de l’art et monde productif ? » Actes de colloque, Maison des sciences de l’homme (MSH Ange Guépin), Nantes, 9 au 10 avril 2015. <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01413687/document>.

Appiotti, S., Sandri, É., (2020). « “Innovez ! Participez !” Interroger la relation entre musée et numérique au travers des injonctions adressées aux professionnels ». Culture & Musées, 35, p. 25-48. <https://doi.org/10.4000/culturemusees.4383>.

Barthes, R., (1992 [1957]). Mythologies. Paris, Seuil.

Benitah, S., Périnel, Q., (2017). « Visite guidée du siège de Facebook France en direct », Le Figaro. <http://www.lefigaro.fr/vie-bureau/2017/07/19/09008-20170719ARTFIG00056-visite-guidee-du-siege-de-facebook-france-en-direct.php>.

Bouquillion, P., Matthews, J., (2010). Le web collaboratif : mutations des industries de la culture et de la communication. Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Boutaud, J.-J., Verón, E., (2007). Sémiotique ouverte : itinéraires sémiotiques en communication. Paris, Hermès science publications-Lavoisier.

Cambone, M., (2016). « Présentation du supplément 2016 A : l’expérimentation SmartCity à la Cité internationale : une réactualisation du paradigme de la participation dans le secteur patrimonial ». Les enjeux de l’information et de la communication, 17 (3). <https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr/2016/supplement-a/04-lexperimentation-smartcity-a-cite-internationale-reactualisation-paradigme-de-participation-secteur-patrimonial/>.

Chaumier, S., (2012). Traité d’expologie. Les écritures de l’exposition, Paris, La Documentation française.

Chaumier, S., Krebs, A., Roustan, M. (éd.), (2013). Visiteurs photographes au musée. Paris, La Documentation française.

Davallon, J., (1992). « Introduction. Le public au centre de l'évolution du musée ». Culture & Musées, 2, p. 10-18. <www.persee.fr/doc/pumus_1164-5385_1992_num_2_1_1013>.

Davallon, J., (2000). L’exposition à l’œuvre : stratégies de communication et médiation symbolique. Paris, L’Harmattan.

Davallon, J., (2010). « L’écriture de l’exposition : expographie, muséographie, scénographie ». Culture & Musées. 16, p. 229‑238. <https://www.persee.fr/doc/pumus_1766-2923_2010_num_16_1_1574>.

Davallon, J., (2011). « Le pouvoir sémiotique de l’espace. Vers une nouvelle conception de l’exposition ? ». Hermès. 61 (3), p. 38‑44. <https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2011-3-page-38.htm>.

Delarge, A., (2018), « Avant-propos ». In Delarge, A. (éd.), Le musée participatif : l’ambition des écomusées. Paris, La Documentation française, p. 7-13.

Eidelman, J., Van Praët, M. (éd.), (2000). La muséologie des sciences et ses publics : regards croisés sur la Grande galerie de l’évolution du Muséum national d’histoire naturelle. Paris, Presses universitaires de France.

Freydefont, M., (1993). « Scénographie, décor, décoration : repères historiques ». Actualités de la scénographie. 62, janvier-février.

Gunthert, A., (2015). L’image partagée : la photographie numérique. Paris, Éditions Textuel.

Gomez-Mejia, G. (2017). « Fragments sur le partage photographique. Choses vues sur Facebook ou Twitter », Communication & Langages, 194 (4), p. 41-65. <https://www.cairn.info/revue-communication-et-langages1-2017-4-page-41.htm>.

Harris, R., (1994). La sémiologie de l’écriture. Paris, CNRS Éditions.

Illiès, L., (2016). « Avec ses expositions d’automne Fantin-Latour, Hergé et le Mexique, la RMN joue la carte de l’humour et des selfies », CLIC France. <http://www.club-innovation-culture.fr/expositions-rmn-automne-2016/>.

Jeanneret, Y., (2008). Penser la trivialité. Volume 1. La vie triviale des êtres culturels. Paris, Hermès science publications-Lavoisier.

Jenkins, H., (2006). Convergence culture: where old and new media collide. New York, New York University Press.

Jodelet, D. (éd.), (1989). Les représentations sociales. Paris, Presses universitaires de France.

Labelle, S., (2007). La ville inscrite dans « la société de l’information ». Formes d’investissement d’un objet symbolique. Thèse de doctorat en sciences de l'information et de la communication. Sous la direction de Jeanneret Y. : Université Paris IV Sorbonne/Celsa.

Le Deuff, O., (2006). Folksonomies : les usagers indexent le web. Enssib. <http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2006-04-0066-002>.

Le Marec, J., (2018). « La participation. Pour un retour au politique en muséologie et dans le domaine “sciences et société” ». In Delarge, A. (éd.), Le musée participatif : l’ambition des écomusées. Paris, La Documentation française, p. 25‑36.

Merleau-Ponty, C., (2010). « Quelles scénographies pour quels musées ? Introduction ». Culture & Musées. 16 (1), p. 201‑206. <https://www.persee.fr/doc/pumus_1766-2923_2010_num_16_1_1571>.

O’Reilly, T., (2005). “What Is Web 2.0. Design Patterns and Business Models for the Next Generation of Software”. oreilly.com. <https://www.oreilly.com/pub/a/web2/archive/what-is-web-20.html>.

Pire, J.-M., (2016). « Malraux contre l’éducation ou contre l’Éducation nationale ? Brève généalogie d’une occasion manquée ». Colloque Malraux, l’art, le sacré. Actualités du Musée imaginaire. 31 mars-1er avril 2016. INHA, Paris. <https://chmcc.hypotheses.org/2319>.

Proulx, S., (2017). « L’injonction à participer au monde numérique ». Communiquer, 20, p. 15-27. < http://journals.openedition.org/communiquer/2308>.

Schaeffer, J.-M., (1987). L’image précaire : du dispositif photographique. Paris, Éditions du Seuil.

Segalen, V., (1999 [1978]). Essai sur l’exotisme : une esthétique du divers. Montpellier, Fata Morgana.

Verón, E., (1987). La sémiosis sociale : fragments d'une théorie de la discursivité. Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes.

Winkin, Y., (2001). Anthropologie de la communication : de la théorie au terrain. Paris, Éditions du Seuil.

Notes

1 Tous Photographes ! La charte des bonnes pratiques dans les établissements patrimoniaux, ministère de la Culture et de la Communication, 2014. < http://www.culture.gouv.fr/Espace-documentation/Documentation-administrative/Tous-photographes-!-La-charte-des-bonnes-pratiques-dans-les-etablissements-patrimoniaux >.

2 Q. Lechemia, « Protégé : Stade, événements… L’Olympique de Marseille engage ses fans avec SocialWall », SocialWall, 10 avril 2019. <https://socialwall.me/fr/stade-evenement-olympique-marseille-fans-social-wall/>.

3 The Social Wall For Your Event, Walls.io. <https://walls.io/solutions/events>.

4 Eliséo Verón définit la « grammaire » en tant qu’« opérations d’investissement de sens dans les matières signifiantes » [Verón, 1987, p. 125].

5 Dépliant de l’exposition Hergé, RMN – Grand Palais, 2016. <https://www.grandpalais.fr/pdf/Depliant_Herge_fr.pdf>.

6 Littéralement « petit.e espace/pièce ».

Illustrations

Figure 1. Logo de l’article 3 de la Charte « Tous Photographes », ministère de la Culture et de la Communication, 2014

Figure 1. Logo de l’article 3 de la Charte « Tous Photographes », ministère de la Culture et de la Communication, 2014

Figure 2. Dispositif de type « mur social » (exposition Empires, RMN – Grand Palais), 2016

Figure 2. Dispositif de type « mur social » (exposition Empires, RMN – Grand Palais), 2016

Source : Sébastien Appiotti.

Figure 3. Sas immersif en wax (exposition Seydou Keïta, RMN – Grand Palais), 2016

Figure 3. Sas immersif en wax (exposition Seydou Keïta, RMN – Grand Palais), 2016

Source : Sébastien Appiotti.

Figure 4. Tweet promotionnel de la Tiny Room (exposition Mexique), RMN – Grand Palais, Twitter, 2016

Figure 4. Tweet promotionnel de la Tiny Room (exposition Mexique), RMN – Grand Palais, Twitter, 2016

Figure 5. Dispositif Rue de Paris (Facebook France, Paris), 2019

Figure 5. Dispositif Rue de Paris (Facebook France, Paris), 2019

Source : Sébastien Appiotti.

References

Electronic reference

Sébastien Appiotti, « Vers une injonction à la participation sur les réseaux sociaux dans l’exposition ? », Balisages [Online], 2 | 2021, Online since 10 mars 2021, connection on 23 septembre 2021. URL : https://publications-prairial.fr/balisages/index.php?id=423

Author

Sébastien Appiotti

Docteur en sciences de l’information et de la communication, université Paris 8, laboratoire Cemti (EA3388)

Docteur en sciences de l’information et de la communication, université Paris 8, laboratoire Cemti (EA3388)

Copyright

CC BY SA 4.0