n° 1 | 1999 : L’archaïsme dans la modernité (190 p.)

Sous la direction de Jean-Claude Lanne

Le premier numéro est consacré à la question de la permanence de l’ancien dans le nouveau, à la réutilisation d’antiques schémas dans la formulation d’idées ou de sensations inédites. Le désir d’inventer des formes inouïes est tel, chez certains créateurs de la modernité russe, qu’ils sont involontairement amenés, pour subvertir le système esthétique dans lequel ils opèrent, à retrouver la figure de l’arkhe, c’est-à-dire le principe même de l’art. Mais ce retour n’est pas simple reprise ou stérile imitation de ce qui fut jadis : il est toujours transcription, transformation tendue, dans l’acte présent de l’énonciation artistique, vers la saisie du futur.

Sommaire

  • Avant-propos

  • Présentation par Jean-Claude Lanne

  • Jean Breuillard, L’espace sentimentaliste

  • Catherine Gery, Le Pèlerin enchanté de Nikolaj Leskov : entre tradition et innovation

  • Charles Bourg, La médicalisation des destins : Ivan Karamazov et Pozdnyšev

  • Marina Dubuis, Le châtiment de Saint-Pétersbourg : la liaison des temps

  • Natalia Malecot, Innokentij Annenskij, poète moderniste, auteur de tragédies antiques

  • Jean-Claude Lanne, Le rapport de l’image au texte dans les livres illustrés par N. Gončarova et M. Larionov

  • Helene Jouve, Daniil Xarms : un poète pour deux littératures

  • Maryse Dennes, Le rôle de l’art et la quête du beau dans l’œuvre de Nikolaj Berdjaev

  • Céline Bricaire, Reformuler ou reformer le monde ? La prose d’Andrej Platonov

Droits d'auteur

CC-BY