n° 2 | 2000 : Vitesse et modernité (299 p.)

Sous la direction de Jean-Claude Lanne

Pourquoi l’idée de vitesse semble-t-elle la marque distinctive de la modernité européenne, et, à un degré éminent, de la modernité russe ? Les historiens répondent que, dès la fin du xviisiècle, s’est produite en Russie une brusque mutation au terme de laquelle tout changea, mœurs, langue, économie et structure politique ; que cette « révolution » brutale, impulsée par la volonté démiurgique d’un despote féroce, avait entrainé le pays dans la sphère de la turbulente histoire occidentale, dont les effets s’augmentèrent encore à l’aube du xxe siècle, avec une série de catastrophes retentissantes. Il y a, au départ de ce qui fonde la modernité, conscience d’une crise, discernement d’un événement qui modifie radicalement le rapport au temps, en instituant un « avant » et un « après ». Avant, il y a le temps de la répétition de modèles consacrés par la tradition ; la lenteur de l’élaboration des œuvres, la patience et l’opiniâtreté dans l’exécution ; avant, l’artisan procède selon la sage et antique maxime festina lente. Après, les rapports s’inversent, le temps s’empare de l’homme, le possède et l’obsède.

Sommaire

Présentation par Jean-Claude Lanne

I. La vitesse revendiquée

  • Françoise Lesourd, La vitesse de l’éternité (d’après le Poème de la mort de L. P. Karsavin)

  • Jean-Claude Lanne, Le discours court : vitesse et modernité dans la poésie de l’avant-garde russe au début du xxe siècle

  • Serge Rolet, La course de lenteur des symbolistes russes

  • Regis Gayraud, SDVIG : le poète n’écrit plus

  • Alexandre Stroev, Poésie et poétique : la course de Majakovskij et le retardement de Šklovskij

  • Marianne Gourg, La notion de vitesse dans la prose de Jurij Oleša

  • Céline Bricaire, Vitesse de dire, de lire, de faire : la « phrase-chenille » de Platonov

  • Catherine Gery, Sergej Dovlatov, le conteur

  • Marc Weinstein, Anton Utkin et Mixail Lermontov, ou la modernité comme lenteur

  • Roger Comtet, Sigles, vitesse et modernité dans la Russie du xxe siècle

  • Vladimir Novikov, VVV. La Vitesse de Vladimir Vysockij

II. La vitesse montrée

  • Gerard Abensour, Théâtre et vitesse : l’apport de Mejerhol'd

  • Natalia Vermorel, Vitesse et modernité dans le théâtre russe du début du xxe siècle

III. La vitesse légitimée

  • Charles Bourg, L’éclair du génie et la paix des champs

  • Jacqueline Fontaine, De la cursivité

  • Irina Fougeron, Le jeu du Ja : ralentissement et discursivité en russe moderne

  • Maryse Dennes, Vitesse de la parole et déploiement du discours : de la « Glorification du Nom » a un fondement de la temporalité

  • Stephane Viellard, Vite, un proverbe ! Les débuts de la parémiologie en Russie

  • Raïssa Gorbounova, Vitesse et nouvelle esthétique

  • Jean Breuillard, Nikolaj Karamzin et la vitesse

Droits d'auteur

CC-BY