Tous les numéros

Recueillir, lire, inscrire

17 | 2020
Recueillir, lire, inscrire

Recueils et anthologies à l'époque moderne

Sous la direction de Mathilde Bᴏᴍʙᴀʀᴛ, Maxime Cᴀʀᴛʀᴏɴ et Michèle Rᴏsᴇʟʟɪɴɪ


Ce volume est le résultat du travail mené pendant deux ans (2017-2019) au sein du Groupe d’analyse de la dynamique des genres et des styles (GADGES) rattaché à l’équipe de recherche IHRIM-Lyon 3, autour du phénomène éditorial que constitue la publication massive de recueils et d’anthologies en France à l’époque moderne. À partir des cas exposés au fil des séances, nous avons pu concrètement constater que, de la fin du Moyen Âge à l’époque des Lumières, le recueil a embrassé tous les genres littéraires et la plupart des domaines de savoir, en visant un lectorat progressivement élargi. Or, si l’anthologie – qui est un cas particulier du recueil mais également un genre à part entière – a donné lieu à des études historiques et littéraires spécifiques, le recueil – sous sa forme éditoriale et plus encore sous sa forme bibliographique (le recueil factice) – restait un objet à construire, au croisement de plusieurs disciplines, principalement l’histoire de l’édition, l’histoire littéraire et l’histoire de la lecture. Cette recherche a pris la forme d’un séminaire mensuel, dont les contributions composent le numéro 17 de la revue Pratiques & formes littéraires 16-18. Cahiers du GADGES. Le numéro suivant (n° 18, 2021) accueille un ensemble complémentaire, fruit d’une journée d’étude consacrée à la catégorie de « recueil factice ». Avec le numéro 16 (2019), sur le « recueil Barbin » (1692), ces volumes composent un triptyque qui permet de mieux comprendre la place décisive de la forme recueil dans la formation du champ littéraire de la première modernité et, plus largement, dans la constitution et la transmission des savoirs de ce temps.


Le recueil Barbin (1692)

16 | 2019
Le recueil Barbin (1692)

Une « histoire de la poésie par les ouvrages même des poètes » ?

Sous la direction de Mathilde Bᴏᴍʙᴀʀᴛ, Maxime Cᴀʀᴛʀᴏɴ et Michèle Rᴏsᴇʟʟɪɴɪ


Le Recueil des plus belles pièces des Poètes français, tant anciens que modernes, avec l’histoire de leur vie, dit recueil Barbin, paru en 5 volumes en 1692, et attribué à Fontenelle, est souvent considéré comme la première véritable anthologie de la poésie française. Cette entreprise représente surtout un discours sur la poésie française et son histoire, énoncé dans une forme éditoriale visant à en pérenniser la mémoire. Une mise en ordre du patrimoine littéraire national s’y opère, qui soulève des enjeux sociaux, politiques et idéologiques. Que signalent la sélection des auteurs, des textes, de leurs versions, ainsi que leur organisation dans les différents volumes ? Quelle vision de la pratique de la poésie et de ce qu’est un poète promeuvent ces gestes éditoriaux, ainsi que les notices qui les accompagnent ? Au-delà du rôle de manifeste de la poésie galante ou de bilan du classicisme qu’on a souvent donné au recueil Barbin, les articles rassemblés dans ce volume éclairent ses enjeux sous un nouveau jour en croisant plusieurs approches, telles que l’analyse des principes et des effets des choix anthologiques, celle des conceptions de l’histoire des hommes de lettres, des formes poétiques et de la langue que met en jeu le recueil, ou encore l’étude de la dimension éditoriale, juridique et économique impliquée par ce mode spécifique de publication.