Introduction

DOI : 10.35562/canalpsy.1624

p. 4-5

Outline

Text

C’est en 2008 que j’avais lancé l’idée d’une journée adressée aux étudiants et aux praticiens, qui serait organisée par les étudiants. La promotion d’alors s’est emparée avec enthousiasme de ce projet, et depuis chaque année les étudiants jouent le jeu et organisent avec un professionnalisme étonnant la Journée du M2Pro Psychopathologie et Psychologie Clinique, qui est chaque fois un véritable succès et est devenue maintenant un rendez-vous essentiel dans notre dispositif.

Quelles sont les idées fondatrices de ce projet ?

Une première idée est de donner la parole, à l’université, prioritairement aux étudiants, ou aux nouveaux ex-étudiants, nouveaux professionnels, et aux praticiens, pour échanger sur des questions relatives à la formation et à la transmission. Les débats s’engageront aussi bien sûr avec les universitaires, mais ces derniers ont l’habitude et souvent l’occasion de parler. Ici ils écoutent d’abord, « modèrent » parfois certaines demi-journées, et participent évidemment aux débats.

Je souhaitais que les étudiants puissent prendre la parole, avec des praticiens, avec leurs maîtres de stage, pour mettre au travail, débattre de questions qui les concernent directement, qui sont au cœur de leurs préoccupations de professionnel en devenir, confrontés aux réalités des terrains de pratique, aux préoccupations de leurs maîtres de stage, dont j’aime dire qu’ils sont des « maîtres compagnons », car le travail de formation, de transmission de cet art qu’est la pratique de la psychologie clinique peut être considéré comme un travail de compagnonnage, du même ordre que celui qui est au cœur de la formation des artisans ou des artistes.

Une deuxième idée est de faire se rencontrer les étudiants de différentes promotions successives. Chaque journée est organisée par la promotion de l’année précédente. Il y a donc là un véritable maillage, une continuité, une rencontre et une articulation, voire une véritable transmission entre les promotions – renforcées par ailleurs par le fait que certains étudiants font leur formation en deux ans et favorisent ainsi chaque fois le relais entre les promotions successives.

Une troisième idée est bien sûr de soutenir et renforcer le lien entre les étudiants, les universitaires et les praticiens. Et nous avons véritablement besoin de ce lien, de cette alliance, de cette articulation, particulièrement depuis quelques années où nous devons batailler, ou en tout cas rester très vigilants sur de nombreux fronts. Si nous pensons au contexte dans lequel nous sommes, aux contraintes qui s’imposent à nous, aux difficultés auxquelles nous devons et allons encore devoir faire face, alors nous pouvons mesurer toute l’importance de Journées comme celles-ci.

 

Image

oldbookillustrations.

Re-co-naissance

Les étudiants organisateurs ont souhaité garder un fil rouge, d’une année sur l’autre : c’est la question de la « re-co-naissance » :

  • « naissance » parce que naissance d’une pratique, d’une identité praticienne ;
  • « connaissance » parce qu’elle se fait à plusieurs avec un rôle fondamental du maître de stage, dans sa fonction de transmission, de « compagnonnage », le maître de stage étant un véritable maître-compagnon ;
  • et « reconnaissance », parce que le nouveau praticien comme la profession elle-même en a besoin.

La reconnaissance concerne aussi celle de chacun des partenaires – étudiants, maîtres de stages, universitaires – à l’égard de tous les autres. Cette reconnaissance, tout comme la convivialité dont je vais parler ensuite, est mise en avant en particulier du fait que la plupart des interventions se font à deux : un (ex-)étudiant avec son (ex-)maître de stage. Un tel partage rend témoin, d’une façon parfois très émouvante, des effets de transmission et de formation – de transformation – qui opèrent au sein d’une relation maître-élève ou maître-apprenti, et souvent dans les deux sens.

 

Image

oldbookillustrations.

L’art et la convivialité

Ces journées, par ailleurs, ont depuis quelques années pris l’habitude de mêler communications sérieuses et animations artistiques. J’aime dire que la psychologie est un art, qu’elle se pratique à la manière des artistes ou des artisans. Mais là, il ne s’agit pas d’une métaphore, les étudiants font chaque année preuve de compétences artistiques extraordinaires. Sans doute la psychologie attire-t-elle un certain nombre d’artistes.

Non seulement l’art, mais aussi la convivialité est une caractéristique essentielle de ces rencontres. En effet, depuis quelques années nous fonctionnons avec un buffet participatif : chacun apporte quelques victuailles et gourmandises et tous se retrouvent à midi autour de ce festin commun.

Travail, créativité et rencontre conviviale constituent ainsi l’ambiance de ces Journées.

Les soutiens

Les Journée du M2Pro bénéficient du soutien de l’Institut de Psychologie, du Département de Psychologie Clinique, mais aussi tout particulièrement du Département de Formation en Situation Professionnelle, que je remercie très chaleureusement. Ce département est un vrai partenaire, dans la mesure où c’est grâce à lui que les participants peuvent boire un café chaud à la pause, mais aussi qu’ils peuvent acheter les Actes des Journées précédentes.

En effet, le journal Canal Psy, qui est géré par le Département FSP, réalise chaque fois un numéro hors-série contenant toutes les interventions de la Journée, et qui laisse une trace précieuse des réflexions développées.

Les thèmes abordés

Les Journées se sont organisées autour de différentes thématiques, qui ont toutes à voir avec la formation, la transmission, la construction d’une position clinique et d’une identité praticienne :

  • « Re-co-naissance : être et devenir psychologue » ;
  • « Le psychologue et l’interprofessionnalité » ;
  • « Trouvons-créons nos pratiques cliniques : champs nouveaux, dispositifs originaux et prises en charge osées » ;
  • « Corps engagés, corps langagiers : comment le psychologue clinicien peut-il prendre en compte la dimension corporelle dans la rencontre clinique ? » ;
  • « L’essence du silence : écoute et résonances pour le psychologue clinicien » ;
  • « Figures de la temporalité ».

La liste va se poursuivre et je remercie encore tous les acteurs qui font vivre ces Journées : les étudiants et leur engagement, leur créativité ; les praticiens et les universitaires pour leur collaboration et leur dévouement précieux ; les partenaires institutionnels qui donnent un soutien dont nous avons besoin ; l’équipe de Canal Psy pour son efficacité et sa participation amicale.

Illustrations

 

 

oldbookillustrations.

 

 

oldbookillustrations.

References

Bibliographical reference

Albert Ciccone, « Introduction », Canal Psy, 106 | 2013, 4-5.

Electronic reference

Albert Ciccone, « Introduction », Canal Psy [Online], 106 | 2013, Online since 09 décembre 2020, connection on 08 décembre 2021. URL : https://publications-prairial.fr/canalpsy/index.php?id=1624

Author

Albert Ciccone

Professeur de psychologie clinique, (CRPPC), Université Lyon 2