Hommage

DOI : 10.35562/canalpsy.1947

p. 3

Texte

Paul Fustier nous a quittés le 2 mars…

Paul Fustier fait partie de ces enseignants qui ont marqué l’Institut de Psychologie de leur empreinte. Il laisse le souvenir d’un pédagogue qui n’a eu de cesse de travailler à rapprocher l’Université des praticiens de terrains ; sa longue responsabilité du Master 2 Pro clinique, lui ayant permis de construire un étroit maillage entre l’Institut et les praticiens des champs du soin psychique et du travail social de la région.

Un trait qui le caractérise c’est la liberté : liberté dans ses affiliations, dans sa manière d’aller « chiner » dans les champs théoriques, de rapprocher des auteurs et d’inventer de la théorie ; là où elle lui semblait à même de parler directement aux professionnels de terrains, tout comme elle pouvait éclairer les étudiants aux prises avec l’énigmatique de ces institutions. Il s’est employé à décrypter ce qui se joue dans « les corridors du quotidien », dans « le lien d’accompagnement », dans « le travail d’équipe » ; à construire des « repères pour des pratiques » (de nombreuses années après leur première parution ses ouvrages continuent de faire référence et font l’objet de rééditions régulières aux éditions Dunod).

Pour souligner l’originalité et la vitalité de notre collègue, il suffit de se rappeler comment au moment de son départ en retraite, il a donné forme à sa passion pour la musique baroque, en se lançant dans une thèse en musicologie « La vielle à roue dans la musique baroque » ; le sous-titre de ce travail permettant d’entendre les passerelles que lui seul était à même d’établir entre des champs disciplinaires aussi éloignés : « Instrument de musique, objet mythique, objet fantasmé ? ». L’amphithéâtre culturel a, du reste, résonné cycliquement de son jeu de cet instrument étrange et singulier, à l’occasion de différents colloques du CRPPC.

C’est un grand humaniste et un homme libre et passionné qui vient de nous quitter. Dans les mois à venir, nous aurons l’occasion de rendre hommage à la fécondité de son travail, et à la qualité de sa présence.

Citer cet article

Référence papier

Georges Gaillard, « Hommage », Canal Psy, 115 | -1, 3.

Référence électronique

Georges Gaillard, « Hommage », Canal Psy [En ligne], 115 | 2016, mis en ligne le 16 décembre 2020, consulté le 27 novembre 2021. URL : https://publications-prairial.fr/canalpsy/index.php?id=1947

Auteur

Georges Gaillard

Directeur délégué

Articles du même auteur