La bibliothèque de l’Institut du monde arabe en mutation

DOI : 10.35562/arabesques.1017

p. 22-23

Index

Mots-clés

bibliothèque

Outline

Text

Récemment déployée dans le Sudoc, la bibliothèque de l’Institut du monde arabe a ouvert un grand chantier de modernisation. Enjeux et méthodes.

Fondation de droit privé français reconnue d’utilité publique, l’Institut du monde arabe (Ima) – créé par un acte de droit international en 1980 et ouvert au public en 1987 – œuvre à la coopération culturelle franco-arabe. Son avènement s’enracine dans un échange pluriséculaire et exprime une volonté politique tenace, réunissant plus d’une vingtaine de pays des deux rives de la Méditerranée, au service de la culture arabe. Situé à Paris, face à l’Île Saint-Louis et à la cathédrale Notre-Dame, reconnaissable à sa façade vitrée constituée de 240 moucharabiehs, c’est aussi une œuvre architecturale de Jean Nouvel rendant hommage à l’art arabo-musulman.

Espace ouvert sur le monde arabe

L’Ima s’assigne pour mission de « développer et approfondir en France l’étude, la connaissance et la compréhension du monde arabe, de sa langue, de sa civilisation et de son effort de développement ». Celle-ci exige de mettre à la disposition d’un public varié une bibliothèque aux ressources documentaires de qualité fournissant des clefs de compréhension de cet univers. Dans ce droit fil, la bibliothèque de l’Institut (la Bima) présente à travers ses collections multilingues et multidisciplinaires la culture et la civilisation arabes et poursuit une politique d’acquisition soucieuse à la fois d’en couvrir les sources classiques et de souligner l’effervescence du monde arabe contemporain.

Actuellement, la Bima accueille – sans formalité d’inscription et seulement en consultation sur place – un public majoritairement constitué d’étudiants/chercheurs mais aussi d’autres usagers : qui par l’attrait du monde arabe et l’intérêt pour son histoire, qui en quête d’informations précises, qui pour découvrir les expositions de valorisation des collections, qui pour assister aux rencontres- débats dans nos espaces, qui pour visiter et admirer la fameuse « Tour des livres ». S’élançant du premier au septième étage en reliant les trois niveaux des espaces de lecture, cette tour – garnie de collections de livres et de revues sur ses parois – s’inspire de la Tour de Samarra (Al‑Malweyya) bâtie par un calife abbasside au IXe siècle en Irak. Sous forme de cylindre hélicoïdal de 32 mètres de hauteur, elle réinterprète la parabole de l’ascension vers le sommet du savoir et de la spiritualité.

La Tour des livres, vue sur les parois garnies de collections

Image

© IMA/J. P. Delagarde

Des collections riches et variées

La Bima dispose d’un fonds de monographies d’une grande richesse. S’y côtoient une variété de textes fondamentaux classiques, indispensables aux travaux de recherche, et une ample information culturelle, historique, politique, sociologique, linguistique facilement accessible à un large public. Il se compose de 85 000 monographies dont :

  • les collections conservées à la réserve : 1 600 ouvrages rares ou précieux comme La Description d’Egypte (Imprimerie impériale, 1809/1818), les premières éditions modernes des Mille et une nuits en arabe (éd. Bûlâq, 1883) ou encore Voyages d’Ibn Batoutah, traduit de l’arabe par Charles Défremy (Imprimerie nationale, 1893). Le titre le plus ancien, Voyages d’Afrique faicts par le commandement du roy, ou sont contenues les navigations des français, entreprises en 1629 et 1630… (éd. N. Traboulliet), date de 1631 ;
  • le fonds Ninard, spécialisé sur le Maroc : 2 500 titres d’ouvrages et 26 de périodiques couvrent principalement la période du protectorat ;
  • le fonds Sayyid : 1 880 titres en arabe réunissant les grands textes de la culture arabe classique et contemporaine.

Les périodiques occupent une place importante : 1 300 titres dont 304 vivants. Le fonds comporte des titres anciens qui ont marqué l’histoire de la presse arabe. Une sélection a fait l’objet d’un dépouillement totalisant 35 000 articles indexés.

Un panorama de quotidiens nationaux et internationaux, de magazines arabes et sur le monde arabe en plusieurs langues est proposé au public au sein de l’espace Presse.

Une modernisation en marche

Pour poursuivre sa finalité, la Bima compte affiner son offre, l’enrichir, l’étendre et toucher un public plus vaste. Une réflexion fut engagée en 2011 pour fixer les orientations stratégiques du projet de modernisation qui doit redonner toute sa place au secteur documentaire. L’année 2012 a marqué le point de départ opérationnel. Ce projet embrasse plusieurs volets.

  • Fédérer les ressources documentaires : le projet de ré-informatisation, axe essentiel de la modernisation de la Bima, a démarré en mai 2012. Un schéma directeur informatique a préconisé une architecture technique avec différentes composantes : l’acquisition d’un SIGB, d’un système de gestion de bibliothèque (SGBN) et de ressources (DAM) numériques. L’objectif est de regrouper l’ensemble des ressources documentaires de l’Ima dans un portail documentaire unique permettant à l’utilisateur final – quels que soient le support et la langue de recherche – d’accéder à l’information demandée. Les travaux ont commencé en janvier 2013 : pas moins de 18 bases de données sont en cours de migration dans le nouveau système. L’entrée en production dans le nouveau SIGB est prévue pour octobre 2013.
  • Harmoniser les pratiques d’indexation : depuis sa création, la Bima utilise un thésaurus bilingue arabe/français élaboré en interne. Après l’adoption de Rameau, nous conduisons une mission d’expertise sur la politique d’indexation matière dans le contexte multilingue qui est le nôtre. La bibliothèque souhaite conserver une indexation en arabe pour décrire les ressources dans cette langue : comment alors articuler le thésaurus de la Bima avec Rameau ? À l’échelle de l’Institut, il s’agit aussi d’optimiser l’accès à l’ensemble des ressources documentaires sur le futur portail : livres, revues, enregistrements sonores, photographies, objets du musée, événements, etc. Sans obligatoirement aller vers un vocabulaire unique, il sera nécessaire d’harmoniser les pratiques d’indexation des différentes entités.
  • Revisiter l’offre documentaire : la diversification de l’offre documentaire est un axe important de la modernisation. Il s’agit de réexaminer attentivement la variété et l’originalité de nos collections en vue de développer et dégager des pôles d’excellence. Par ailleurs, l’offre de ressources numériques acquiert une priorité dans la politique d’acquisition qui connaîtra également un recentrage vers davantage de multimédias grand public.
  • Promouvoir une offre en ligne : la bibliothèque en ligne a vocation à élargir le public en proposant le catalogue, des ressources numériques et numérisées, des ressources multimédias, des ressources externes, des bibliographies, des dossiers thématiques et pédagogiques, une sélection de signets, un espace professionnel, etc. Les e-services seront étoffés (suggestion de commande, réservation, question au service de référence1, etc.). La définition du cahier des charges pour acquérir un SGBN sera engagée en partenariat avec la Bibliotheca Alexandrina. Cette dernière dispose d’une excellente expertise en matière de numérisation et d’océrisation des textes en arabe et a numérisé en 2009/2010 nos collections libres de droit.
  • Un service de prêt à domicile : cette option répond à une demande insistante de lecteurs et vise à ajuster l’offre de services à un public potentiel ne se satisfaisant pas de la seule consultation sur place.
  • Rénover les espaces : requalifier les espaces en lien avec l’offre documentaire et l’offre de services sera l’objet d’une réflexion conduite en étroite collaboration avec un cabinet d’architectes. L’objectif en est de disposer d’espaces ouverts, dédiés et flexibles à la fois, avec des équipements confortables et modulables. Sans doute serons-nous amenés à concevoir un espace événementiel proposant une documentation régulièrement mise à jour, un espace « formation » avec des outils bureautiques en arabe et des méthodes de langue, un espace de travail en groupe ou des espaces de détente pour des lectures de loisirs. Les postes informatiques seront fortement augmentés afin de faciliter l’accès à une offre numérique et multimédia croissante. Ce chantier exigera en 2014 une fermeture provisoire de la bibliothèque. La réouverture s’accompagnera (après étude) d’une révision des horaires avec éventuellement leur alignement sur ceux de l’Institut.
  • Le Sudoc, un levier essentiel : pour la bibliothèque, l’insertion au sein des réseaux professionnels relève d’une orientation stratégique. Notre récente intégration au Sudoc constitue un des leviers de la modernisation. Elle donnera à nos collections une plus grande visibilité. Dans le même temps, la Bima bénéficiera de la mutualisation du traitement documentaire tout en apportant sa contribution en références, notamment en arabe, enrichissant ainsi le réseau. Qui plus est nos collections – grâce à leur caractère original et pour partie exceptionnel – ne manqueront pas d’être au service de la recherche sur le monde arabe.

Pour en savoir plus

Site de l’Ima :
http://www.imarabe.org

Image

© IMA/Nabil Boutros

Une lettre d’amour lui avait été apportée par un oiseau magnifique, illustration d’Edmond Dulac, extraite de Sindbâd et autre contes des Mille et Une Nuits, Piazza, 1919

Image

© IMA/J. P. Delagarde

1 La Bima, partenaire du réseau national de réponse à distance Bibliosésame, arrive en deuxième position (après la BPI) pour le nombre de questions

Notes

1 La Bima, partenaire du réseau national de réponse à distance Bibliosésame, arrive en deuxième position (après la BPI) pour le nombre de questions traitées au niveau national : http://www.imarabe.org/page-sous-section/poser-votre-question-un-bibliothecaire

Illustrations

La Tour des livres, vue sur les parois garnies de collections

La Tour des livres, vue sur les parois garnies de collections

© IMA/J. P. Delagarde

Une lettre d’amour lui avait été apportée par un oiseau magnifique, illustration d’Edmond Dulac, extraite de Sindbâd et autre contes des Mille et Une Nuits, Piazza, 1919

Une lettre d’amour lui avait été apportée par un oiseau magnifique, illustration d’Edmond Dulac, extraite de Sindbâd et autre contes des Mille et Une Nuits, Piazza, 1919

© IMA/Nabil Boutros

Une lettre d’amour lui avait été apportée par un oiseau magnifique, illustration d’Edmond Dulac, extraite de Sindbâd et autre contes des Mille et Une Nuits, Piazza, 1919

Une lettre d’amour lui avait été apportée par un oiseau magnifique, illustration d’Edmond Dulac, extraite de Sindbâd et autre contes des Mille et Une Nuits, Piazza, 1919

© IMA/J. P. Delagarde

References

Bibliographical reference

Jalila Bouhalfaya Guelmami, « La bibliothèque de l’Institut du monde arabe en mutation », Arabesques, 72 | 2013, 22-23.

Electronic reference

Jalila Bouhalfaya Guelmami, « La bibliothèque de l’Institut du monde arabe en mutation », Arabesques [Online], 72 | 2013, Online since 07 janvier 2020, connection on 18 janvier 2021. URL : https://publications-prairial.fr/arabesques/index.php?id=1017

Author

Jalila Bouhalfaya Guelmami

Chef du département Médiathèque de l’Ima

jbouhalfaya@imarabe.org

Copyright

CC BY-ND 2.0