Cycling for Libraries. Un congrès international à vélo

DOI : 10.35562/arabesques.1108

p. 24-25

Outline

Text

« Cycling for Libraries » a été annoncé pour la première fois en 2010 lors du congrès de l’IFLA, à Göteborg en Suède. Un bibliothécaire, venu de Finlande, distribuait aux congressistes des fiches de catalogue recyclées qui annonçaient de façon énigmatique « Cycling for Libraries – Copenhague – Berlin – mai-juin 2011 ». Levons le voile sur ce congrès insolite qui a déjà connu deux éditions successives.

La proposition émanait donc des bibliothèques finlandaises. Mace Ojala, bibliothécaire à Helsinki, avait déjà participé à de nombreux congrès et constatait que les meilleures idées s’échangeaient en dehors des conférences officielles. Il a alors imaginé un congrès non officiel (Unconference) se déroulant à vélo sur un itinéraire accessible au plus grand nombre, soit 650 km de Copenhague à Berlin en 10 jours.

Rejoint par Jukka Pennanen, bibliothécaire système à la Bibliothèque nationale de Finlande, puis par toute une équipe d’organisateurs, le premier Cycling for Libraries était lancé en mai 2011, avec le soutien financier du ministère de l’Éducation et de la Culture finlandais et de plusieurs bibliothèques en Finlande, en Allemagne ou au Danemark. Il réunissait plus de 80 bibliothécaires de tous pays. À la suite de ce rassemblement, de nombreux articles ont été publiés dans la presse professionnelle étrangère, une interview a été diffusée par la chaine thématique « This Week in Library »1 et un documentaire de 30 minutes a été réalisé2. Le deuxième Cycling for Libraries, en juillet 2012, a connu le même succès. Une centaine de bibliothécaires venus de 18 pays différents (Russie, Ukraine, Allemagne, Belgique, Grande-Bretagne, Roumanie, mais aussi États-Unis, Taïwan, Qatar...) se sont retrouvés dans les pays baltes et ont parcouru 600 km de Vilnius à Tallinn, en passant par Riga.

Un événement convivial et médiatisé

Les profils des participants sont extrêmement variés : des étudiants, mais aussi des responsables de structures, des directeurs d’établissement, des catalogueurs ou des magasiniers, des bibliothécaires systèmes, des ingénieurs en documentation. Des collègues du CILIP3 à Londres, de VG Wort4 en Allemagne ou même d’Ex Libris à Boston, ont participé à Cycling for Libraries les années précédentes.

Chaque journée est rythmée par un petit déjeuner pris en commun, puis un départ vers 10 heures après les vérifications d’usage : gonflage des vélos, chargement des bagages dans un fourgon, consignes de sécurité. Chacun porte un gilet jaune arborant un logo très identifiable, non seulement pour des raisons de sécurité, mais aussi pour donner de la visibilité à l’événement. Partout, un accueil est prévu par les bibliothécaires locaux avec visites de bibliothèques, moments d’échange, pauses déjeuner et, en soirée, un temps de convivialité.

En 2012, le bibliobus de Tallinn a suivi tout le circuit, assurant la promotion d’un type de service relativement méconnu car il s’agit de l’unique bibliobus en pays baltes. Un collègue danois a fait le trajet avec un vélo-cargo, son outil de travail puisqu’il anime une bibliothèque de rue dans la banlieue de Copenhague.

Cycling for libraries est une extraordinaire opération de communication qui force l’admiration par le savoir-faire de nos collègues d’Europe du Nord. Ce sont essentiellement les réseaux sociaux qui en assurent la promotion : un site web, un hashtag Twitter (#cyc4lib), un compte Facebook, un compte Flickr. Une équipe de cameramen suit le groupe et produit tous les jours un film de 5 minutes diffusé sur une web TV finlandaise dédiée aux activités des bibliothèques5.

Les retombées sont telles que les passants identifient le groupe pour l’avoir vu la veille dans le journal ou à la télévision. À Rostock, les organisateurs demandent et obtiennent la fermeture temporaire de l’autoroute afin d’éviter un détour de 20 km ! À la sortie du ferry venant du Danemark, le groupe de cyclistes est accueilli par le président de l’université et des élus de la ville de Rostock en présence de la TV locale, puis le groupe emprunte l’autoroute, passe le péage (sans payer) sous l’escorte des motos et voitures de police jusqu’à l’université. L’autoroute restera fermée à la circulation automobile pendant quelques heures ! À Riga en Lettonie, la ministre de la Culture se joint au groupe à vélo, l’événement est largement médiatisé.

Des contacts fructueux et prolongés

Cycling for Libraries n’est pas un challenge sportif ; chacun doit pouvoir échanger tout en pédalant. Plus facilement que lors d’un voyage d’étude, les contacts se nouent au gré de la route, des crevaisons à réparer, des pauses repas et jusqu’au soir où l’on doit partager une chambre d’hôtel, d’auberge de jeunesse, voire un gymnase. Naturellement, le sujet qui réunit tout le monde est celui des bibliothèques et la langue commune est l’anglais, mais on entend aussi des conversations en finnois, en allemand, en danois, en russe...

Il est intéressant de noter que les contacts se poursuivent aujourd’hui sur les réseaux sociaux et sur la liste d’échange qui est très active. Ils permettent de se tenir informé des activités des bibliothèques étrangères. Selon la recommandation des organisateurs, chaque participant vient avec une question spécifique à résoudre pendant le congrès. Ces questions ont été déposées sur le site internet avant le départ pour que chacun puisse en prendre connaissance. Les sujets variés donnent lieu à des échanges entre participants : le multiculturalisme et les services aux immigrants dans les bibliothèques suédoises, les applications mobiles, le concept d’Open Library, le modèle Patron- Driven-Acquisition [acquisition conduite par les usagers], etc.

En 2012, le voyage a fait connaître les nombreuses réalisations des pays baltes. Quelques exemples :

  • la construction en cours de la Bibliothèque nationale de Lettonie (ouverture prévue en 2014, année de la nomination de Riga comme capitale européenne de la culture) ;
  • la construction d’une nouvelle bibliothèque au sein de l’université de Vilnius ;
  • le Valmeira Joint Library, qui intègre une bibliothèque universitaire et une bibliothèque de lecture publique ;
  • la rénovation de la Bibliothèque nationale d’Estonie à Tallinn ;
  • la bibliothèque de Jaunklida en Lettonie, située dans une commune de 250 habitants, qui sert aussi de salle communale et de lieu de permanences diverses (services sociaux, médecin et même coiffeur).

Une faible participation française

En 2011, j’étais la seule bibliothécaire française participant à Cycling for Libraries ; en 2012, nous étions deux, Jean-Marie Feurtet, responsable de Calames à l’ABES, nous ayant rejoints.

Quels sont les obstacles qui rendent nos collègues hésitants : la langue, le vélo, le temps disponible, le coût ? Il est vrai qu’il est préférable d’avoir un minimum d’aisance en anglais pour ne pas se sentir isolé. Pourtant, cette initiative représente une occasion inespérée de perfectionner son anglais bibliothéconomique dans un cadre informel. La pratique du vélo en groupe, avec des niveaux très hétérogènes, peut sembler difficile. La vitesse moyenne a été adaptée pour permettre à chacun de suivre sans difficulté et personne n’a abandonné en raison d’un rythme trop soutenu.

Une manifestation de ce type peut-elle s’inscrire dans les dispositifs de formation continue ? Certains pays se sont montrés plus ouverts que d’autres : ainsi les collègues finlandais ont pu voir leur voyage pris en charge financièrement et le temps passé au congrès considéré comme du temps de travail. Une collègue de Nouvelle-Zélande avait un engagement très clair : toutes ses dépenses étaient déductibles de ses impôts et elle devait produire en retour une conférence et un article dans une revue professionnelle. N’ayant pas demandé expressément à mon employeur une participation, il m’est difficile de dire si la réponse aurait été positive ou négative.

Cap sur 2013

Les inscriptions au congrès 2013 sont ouvertes sur le site de Cycling for Libraries. Le circuit se déroulera, du 18 au 26 juin, d’Amsterdam à Bruxelles. Participer à un tel événement est une réelle opportunité pour élargir sa culture professionnelle. En tant que bibliothécaire, il est rare de pouvoir participer à des événements internationaux. Cycling for Libraries offre la possibilité de voyager dans différents pays, de se voir ouvrir les portes de nombreuses bibliothèques et de créer des contacts avec des collègues que l’on aurait du mal à rencontrer autrement.

Pour en savoir plus

Site web :
http://www.cyclingforlibraries.org

Facebook:
http://www.facebook.com/cyc4lib?ref=ts&fref=ts

Flickr :
http://www.flickr.com/groups/cyc4lib

Still waiting... to start

Image

Anne Guégan / Flickr (CC BY-NC 2.0)

Arrivée du Cycling for Libraries 2011 à Berlin

Image

Anne Guégan / Flickr (CC BY-NC 2.0)

Accueil des participants à la bibliothèque de Greve au Danemark

Image

Anne Guégan / Flickr (CC BY-NC 2.0)

1 https://en.wikipedia.org/wiki/This_Week_in_Libraries

2 http://vimeo.com/28981876

3 http://www.cilip.org.uk

4 http://www.vgwort.de, l’équivalent de la SOFIA en Allemagne.

5 http://www.kirjastokaista.fi/?s=cycling+for+libraries

Notes

1 https://en.wikipedia.org/wiki/This_Week_in_Libraries

2 http://vimeo.com/28981876

3 http://www.cilip.org.uk

4 http://www.vgwort.de, l’équivalent de la SOFIA en Allemagne.

5 http://www.kirjastokaista.fi/?s=cycling+for+libraries

Illustrations

Still waiting... to start

Still waiting... to start

Anne Guégan / Flickr (CC BY-NC 2.0)

Arrivée du Cycling for Libraries 2011 à Berlin

Arrivée du Cycling for Libraries 2011 à Berlin

Anne Guégan / Flickr (CC BY-NC 2.0)

Accueil des participants à la bibliothèque de Greve au Danemark

Accueil des participants à la bibliothèque de Greve au Danemark

Anne Guégan / Flickr (CC BY-NC 2.0)

References

Bibliographical reference

Anne Guégan, « Cycling for Libraries. Un congrès international à vélo », Arabesques, 70 | 2013, 24-25.

Electronic reference

Anne Guégan, « Cycling for Libraries. Un congrès international à vélo », Arabesques [Online], 70 | 2013, Online since 07 janvier 2020, connection on 25 octobre 2021. URL : https://publications-prairial.fr/arabesques/index.php?id=1108

Author

Anne Guégan

Responsable adjointe de la BU Sciences, Techniques et Sport, SCD de Poitiers, Responsable du Centre régional Sudoc-PS Poitou-Charentes

anne.guegan@univ-poitiers.fr

Author resources in other databases

By this author

Copyright

CC BY-ND 2.0