Édito

p. 3

Text

Un centième numéro, c’est toujours en soi un événement.

Certes, comme beaucoup de choses qui paraissent importantes et qui, au regard de certaines autres, ne le sont pas vraiment, nous pourrions laisser de côté, sur un coin discret de page, ce nombre qui ne tient finalement son charme qu’à l’antique choix d’une base décimale pour décompter des collections d’objets…

Mais c’est aussi l’occasion de faire une pause et de contempler le chemin parcouru : des arêtes abruptes des premiers numéros photocopiés en noir et blanc à la douceur pastel des derniers numéros imprimés sur papier mat satiné, en passant par les bimestriels brillants et chamarrés aux variantes automnales, hivernales et ainsi de suite… on peut dire que la revue a pris du volume avec l'âge.

Canal Psy se destinait en premier lieu1 à être un lien régulier entre tous ceux qui, sous l’invocation de la psychologie sont rattachés à la Communauté Universitaire par une inscription (à tous les sens du terme, surtout l’autre…) : de la multitude d’étudiants qui sont engagés dans la vie professionnelle, jusqu’à tous les autres chalands assidus au campus de Bron, étudiants, enseignants chercheurs, professionnels en formation continuelle…

99 numéros plus tard, je pense que le dessein de notre rédaction est toujours le même : faire en sorte que ce lien parvienne à faire circuler de tous à tous l’information, les questions, les humeurs, la pensée… et rendre accessible les démarches de publier, de transmettre autant que celles (plus universitaires) de s’approprier et d'accueillir de nouvelles connaissances.

Alors bien sûr, le nouveau millénaire a vu émerger l’outil optimal pour favoriser ces échanges d’information et d’impressions à distance et à haut débit, si bien que Canal Psy a dû progressivement ajuster son contenu et sa rythmicité ; quitter l’épisodique d’une actualité administrative pour favoriser le parcours d’une thématique, à la fois partielle et partiale, universitaire et circonstancielle… transdisciplinaire.

Le dossier que nous vous présentons dans ce numéro rend compte de cette diversité de regards que les différentes rédactions de Canal Psy ont toujours souhaité préserver au sein de ses pages. Ainsi, la psychologie vue par les Sciences Humaines est une thématique qui est prétexte au jeu, jeu des identifications et des contre-identifications, jeu de rôle et de décentration, jeu de découverte et de stimulation…

Chaque auteur a relevé le défi de ce sujet insolite, sans chercher à vérifier si celui-ci correspondait ou non à ses thématiques de recherche, sans ergoter sur les approximations que l’exercice impliquait nécessairement, chacun s’est finalement risqué à l’expérience et prêté au plaisir d’une pensée à partir de sa pratique, à partir de son système de référence, nous pourrions dire, à partir de sa divergence.

Et c’est bien parce que Canal Psy se propose, dans son modeste format, de rendre compte des idées, des engagements ou encore du domaine de prédilection de chacun — et des échanges riches et déconcertants qui en découlent — que nous renouvelons ici notre invitation à l’écriture, au partage, à l’expression de tout ce qui, étonnements, critiques, suggestions, contributions, pourra alimenter et renouveler le plaisir de nos échanges avec vous.

1 Voir l’éditorial d’Alain-Noël Henri du premier numéro de mars 1993.

Notes

1 Voir l’éditorial d’Alain-Noël Henri du premier numéro de mars 1993.

References

Bibliographical reference

Frédérik Guinard, « Édito », Canal Psy, 100 | 2012, 3.

Electronic reference

Frédérik Guinard, « Édito », Canal Psy [Online], 100 | 2012, Online since 07 septembre 2020, connection on 09 décembre 2021. URL : https://publications-prairial.fr/canalpsy/index.php?id=101

Author

Frédérik Guinard

By this author