Antonio Scuderi, Dario Fo: Framing, Festival and the Folkloric Imagination

Lanham / Boulder / New York / Toronto, Lexington Books, 2011, 148 p.

p. 193-194

Référence(s) :

Antonio Scuderi, Dario Fo: Framing, Festival and the Folkloric Imagination, Lanham / Boulder / New York / Toronto, Lexington Books, 2011, 148 p.

Texte

S’il est un genre où les recherches sur l’imaginaire doivent encore plus nettement affirmer leur présence, c’est bien le théâtre. Parmi les dramaturges contemporains, Dario Fo fait explicitement appel à des formes populaires de théâtre, celles d’Italie mais aussi plus généralement celles de toute l’Europe. Sa lecture de Gramsci l’a orienté vers la culture théâtrale du peuple, puisant davantage dans les rites calendaires (en particulier, le mythos de Carnaval) que dans la tradition d’un théâtre savant fondé sur la seule culture du logos « bourgeois » (ce même théâtre de mots que dénonçait par ailleurs Antonin Artaud). La présente étude tient compte de cette orientation revendiquée par le dramaturge lui-même et analyse son théâtre dans cette perspective. C’est ce que l’auteur appelle un « cadrage » (framing) qui conditionne l’interprétation des pièces. L’ouvrage donne un utile aperçu historique et anthropologique du carnaval européen, en se concentrant sur les thèmes et motifs récurrents du théâtre de Fo. Ce contexte est capital pour comprendre comment, dans les années 1960, Fo établit un cadre carnavalesque subversif. Il s’identifie alors au jongleur médiéval (giullare) présidant à un carnaval théâtral assimilable à l’anarchie. Au fil du temps, avec la réitération de thèmes et motifs s’établit ainsi tout un cadre thématique pertinent pour l’interprétation de son œuvre. Cette permanence des thèmes carnavalesques dans la longue durée est garante de la présence d’archétypes de l’imaginaire où mythes et rites ancestraux redynamisent l’invention dramaturgique. La présence d’éléments grotesques et zoomorphes de la mythologie préhistorique de Carnaval avait déjà influencé les masques de la commedia dell’arte. Elle se perpétue chez Fo, témoignant ainsi de la constance d’une culture du rire imprimant sa marque sur le message idéologique des pièces. L’étude se termine par l’étude de l’identification de Fo à saint François d’Assise dont on ne soulignera jamais assez le radicalisme spirituel qui indisposa profondément la hiérarchie ecclésiastique du Moyen Âge comme Fo irrita à la fois le gouvernement italien et la Papauté. Fo fait ainsi l’apologie du pouvoir du rire et d’un langage libéré dans des propos que n’aurait pas renié Rabelais :

Mao disait : « sans foi, toujours dans le doute, non pas seulement pour détruire mais pour construire. Parce que c’est dans la raison que réside notre seule foi. » Et nous sommes convaincus que c’est dans le rire, dans le grotesque de la satire que réside la plus grande expression du doute, le plus important support de la raison. C’est pour cela que, comme moyen-instrument de notre travail de comédiens au service de la lutte des classes, nous avons choisi la farce, qui est la forme théâtrale inventée par le peuple pour « tailler avec une langue ardente et inexorable [le gros sac de] purin putride sur lequel le pouvoir est vautré ». Ce sac putride, c’est la culture de la bourgeoisie1.

1 Laetitia Dumont-Lewi, « Rire de spectateur, rire d’électeur : Dario Fo vs Silvio Berlusconi », La Clé des langues (Lyon : ENS Lyon/DGESCO), mars 

Notes

1 Laetitia Dumont-Lewi, « Rire de spectateur, rire d’électeur : Dario Fo vs Silvio Berlusconi », La Clé des langues (Lyon : ENS Lyon/DGESCO), mars 2012, mis à jour le 18 mai 2012, <http://cle.ens-lyon.fr/italien/rire-de-spectateur-rire-d-electeur-dario-fo-vs-silvio-berlusconi-143705> (consulté le 5 février 2014).

Citer cet article

Référence papier

Philippe Walter, « Antonio Scuderi, Dario Fo: Framing, Festival and the Folkloric Imagination », IRIS, 35 | 2014, 193-194.

Référence électronique

Philippe Walter, « Antonio Scuderi, Dario Fo: Framing, Festival and the Folkloric Imagination », IRIS [En ligne], 35 | 2014, mis en ligne le 31 janvier 2021, consulté le 17 octobre 2021. URL : https://publications-prairial.fr/iris/index.php?id=1722

Auteur

Philippe Walter

Articles du même auteur

Droits d'auteur

CC BY‑NC 4.0