Retour sur l’année 2011

DOI : 10.35562/arabesques.1252

p. 3

Index

Mots-clés

éditorial

Text

L'année 2011 aura vu l’ouverture en rafale par l’ABES de nouveaux services et appli- cations : le portail des thèses (theses.fr) ; l’application STEP (Signalement des thèses en préparation), qui a pris place au sein d’un nouveau dispositif des thèses visant à mieux structurer la coordination de leur traitement par les établissements ; la signature des premiers contrats de licences nationales avec Springer, Proquest et Classiques Garnier Numérique, précurseurs du projet ISTEX, concrétisé en 2012 et dans lequel l’ABES jouera un rôle déterminant aux côtés du CNRS, de Couperin et de l’université de Lorraine ; la version mobile du Sudoc en partenariat avec l’Université numérique Paris Île-de-France ; l’ouverture du nouveau site web de l’Agence.

Un autre chantier, d’une importance stratégique pour la mise en valeur des données des bibliothèques et le positionnement de l’ABES comme fournisseur d’information bibliographique, a connu son aboutissement : l’ouverture des données du Sudoc, des thèses, de Calames et des autorités Sudoc dans le web des données. L’intégration de ces dernières dans VIAF, le fichier virtuel international des autorités géré par OCLC, participe de cette même dynamique.

D’autres applications ont vu le jour, conçues pour alléger le travail des professionnels de la documentation, comme Self Sudoc, sans omettre la fin du chantier de conventionnement sur objectifs des 31 centres régionaux du Sudoc-PS qui a initié une nouvelle dynamique pour des structures parfois un peu oubliées au sein des SCD.

Parmi les chantiers ouverts en 2011, celui de la BSN est emblématique car il structure désormais l’action des opérateurs dans une volonté de rationalisation des politiques publiques. L’ABES y apporte une contribution majeure, notamment pour les segments acquisitions, signalement et modernisation du prêt entre bibliothèques aux côtés de ses partenaires, le CNRS et Couperin.

Avec le démarrage du projet de système mutualisé de gestion de bibliothèque, l’offre émergente de systèmes de nouvelle génération reposant sur l’informatique en nuage laisse présager un bouleversement du traitement de la chaîne documentaire dans les établissements et une remise en cause radicale de l’organisation du Sudoc et de son modèle actuel datant de la fin des années 90. Ce chantier est étroitement lié à celui de RDA et de FRBR sur lequel l’ABES travaille en étroite collaboration avec la Bibliothèque nationale de France.

Nous sommes entrés dans une décennie de bouleversement radical de nos outils et méthodes de travail. L’ABES est consciente que le virage doit être anticipé dès maintenant et que tous les impacts doivent en être mesurés. Son projet d’établissement 2012-2015 témoigne de ce positionnement stratégique et de cette volonté d’innovation qui s’est manifestée très concrètement par la participation réussie de l’ABES à des projets de recherche sur les processus automatisés d’amélioration de la qualité des données et catalogues : SudocAd, terminé en 2011, suivi par Qualinca à partir de 2012. Si l’ABES s’implique depuis 2011 dans le projet européen Dariah, c’est parce que l’avenir de l’information scientifique et technique ne se joue plus seulement à l’intérieur de nos frontières mais se construit avec les autres acteurs européens.

La diversification des applications et projets de l’ABES pose la question de leur mise en cohérence. Celle-ci repose sur les métadonnées, ciment de la mission et des métiers de l’Agence, qui dépassent le cadre de chacun des contextes pour se rejoindre de manière transversale. Elles requièrent des compétences multiples et des expertises simultanées sur différents plans (modèles de données, formats de saisie, normes et règles de description ; manipulation et exploitation dans les interfaces ; transformation et conversion pour l’échange avec d’autres catalogues ou applications et pour l’exposition sur le web). Le pari lancé à l’ABES est de faire converger l’ensemble de ces compétences malgré des environnements techniques hétérogènes. Ceci n’est pas sans poser des défis tant dans l’acquisition de ces compétences autour des métadonnées que dans l’organisation nécessaire à leur mise en œuvre. Faute de quoi, l’éparpillement conduirait à une balkanisation de leur approche, préjudiciable à un suivi cohérent de l’évolution des différents services et applications de l’ABES.

References

Bibliographical reference

Raymond Bérard, « Retour sur l’année 2011 », Arabesques, 67 | 2012, 3.

Electronic reference

Raymond Bérard, « Retour sur l’année 2011 », Arabesques [Online], 67 | 2012, Online since 06 janvier 2020, connection on 30 novembre 2021. URL : https://publications-prairial.fr/arabesques/index.php?id=1252

Author

Raymond Bérard

Directeur de l’ABES

Author resources in other databases

By this author

Copyright

CC BY-ND 2.0