Manioc.org : une bibliothèque numérique aux racines de la Caraïbe-Amazonie

DOI : 10.35562/arabesques.438

p. 20-21

Index

Mots-clés

bibliothèque

Plan

Texte

Documents anciens et tout récents, bases de données recueillant les vertus thérapeutiques des plantes… Manioc est un projet atypique, à la croisée des chemins, des sciences et des espaces géoculturels.

Née en 2009 de la volonté de rassembler et de diffuser des sources historiques disséminées ainsi que des documents contemporains, la bibliothèque numérique Manioc contribue a la visibilité de la Caraïbe et de l’Amazonie et à la compréhension des relations complexes que ces régions ont entretenu avec le reste du monde. Manioc est un projet collaboratif piloté par le Service commun de la documentation (SCD) de l’Université des Antilles, copiloté par l’Université de Guyane. Initié avec des partenaires publics et privés de Martinique, Guadeloupe et Guyane, il associe, depuis quelques années, des bibliothèques de France hexagonale. S’il est rare que des bibliothèques universitaires pilotent de tels projets, cette dimension n’a rien de surprenant dans le contexte caribéen. En effet, les bibliothèques universitaires de la Caraïbe ont pris dans les années 1970 une place spécifique liée aux carences de la lecture publique, à la vulnérabilité particulière du patrimoine en climat tropical et à l’influence des mouvements intellectuels engagés dans la reconstruction postcoloniale de la société. Les collections régionales se sont intensément développées pour répondre aux besoins d’une recherche émergente, à l’image des fonds spécialisés du SCD de l’Université des Antilles, aujourd’hui riches de 15 000 titres, dont 4 500 unicas dans le Sudoc.

Les problématiques d’aujourd’hui reflétées par la continuité thématique

Si la plupart des bibliothèques proposent des interfaces distinctes pour les documents anciens numérisés et les documents contemporains, Manioc a, au contraire, choisi de les réunir. En parallèle des collections anciennes élaborées dans un contexte esclavagiste et colonial apparaissent des perceptions plurielles, qui reflètent les enjeux et les problématiques du XXIe siècle. Cette complémentarité permet de confronter ces collections et de mettre en exergue les continuités thématiques, souvent masquées par le traitement documentaire traditionnel.

Les collections anciennes, provenant des fonds d’une dizaine de partenaires publics et de quelques partenaires privés (fondation, association et particuliers), proposent plus de 2 000 textes (romans, poésies, récits de voyages, pamphlets, textes administratifs et juridiques, rapports, ouvrages scientifiques et techniques écrits entre le XVIIe et le XXe siècle) et 9 000 images. Les collections contemporaines comportent plus de 2 000 interventions filmées lors de colloques, conférences, séminaires et quelques travaux d’études et de recherches nativement numériques ou numérisés, généralement inédits sur internet et difficiles d’accès.

Ces collections sont complétées par une recherche fédérée qui interroge des documents spécialisés via le protocole OAI-PMH : productions de l’Université des Antilles diffusées dans d’autres plateformes, collections de partenaires locaux, nationaux ou internationaux tels Gallica, la BNPM1, Dloc2, ou UWI3 et des productions régionales de centres de recherche tels que l’Ifremer. Ces contenus externes continuent à enrichir Manioc, cependant, le recours à l’OAI-PMH comporte des limites, les plus gros réservoirs de ressources ne disposant pas de collections spécifiques à la région. Des technologies comme Sparql devraient permettre à terme de dépasser cette contrainte.

Manioc est une bibliothèque numérique en open access : les collections sont consultables et téléchargeables gratuitement pour une lecture en ligne ou hors ligne, les métadonnées peuvent être librement interrogées. Elles le sont par de nombreux opérateurs : Gallica, ISIDORE, le moteur Collections du ministère en charge de la culture...

Le programme Tramil : savoirs locaux et validation scientifique

Outre ces collections « intégrées »4, Manioc a développé une activité d’édition numérique. L’accompagnement de projets s’articule autour de métadonnées bibliographiques classiques (catalogue collectif des périodiques Caraïbe-Amazonie et sa base de dépouillement partagé), mais également de « données » de nature très différente, qui peuvent concerner des individus (base des « esclaves de Guyane ») ou des plantes et leurs usages thérapeutiques collectés par Tramil.

Le programme Tramil constitue un exemple particulièrement intéressant des relations possibles entre des savoirs locaux portés par les populations et la validation scientifique à laquelle les chercheurs prennent part. Manioc intervient dans la phase de restitution, qui permet à l’ensemble des usagers (grand public, mais aussi médecins, pharmaciens, laboratoires locaux, biologistes, chimistes...) de retrouver l’information qui les concerne, qu’elle soit pratique (quelle plante pour quel problème de santé ?) ou scientifique (toxicité, chimie, coupe microscopique...).

L’originalité tient aussi à l’aspect pancaribéen du programme. Ainsi, le nouveau site mis en œuvre par les bibliothèques de l’Université des Antilles est entièrement trilingue et exploite les dernières technologies de contextualisation géographique. Conçu avec DRUPAL, système de gestion de contenu libre et open-source écrit en PHP, il intègre un interfaçage avec GeoNames et la génération de cartes dynamiques. L’ensemble des contenus est exposé en RDF, ce qui a eu des répercussions bénéfiques sur les statistiques de consultation.

Nouveaux regards et financement originaux

Ces projets contribuent à combler le « trou béant » qui existe entre les collections du domaine public et celles du XXIe siècle qui posent un nouveau regard sur les sociétés et leur patrimoine. Plusieurs projets en préparation s’inscrivent dans cette dynamique, notamment la collection « Écritures contemporaines Caraïbe-Amazonie » ou encore « Mémoires et créations » qui met en valeur le patrimoine culturel immatériel à travers l’œil de photographes contemporains. Les actions de médiation (blog, page Facebook, contributions Wikipédia, formations, participation à des colloques, rédaction d’articles) contribuent également à ce renouveau.

Image

Photo de Robert Charlotte

Le projet « Mémoires et créations » mettra en valeur le patrimoine culturel immatériel à partir de clichés de photographes contemporains

Image

Photo de Jean-Michel André

L’originalité de Manioc tient à la complémentarité entre la recherche universitaire et le patrimoine culturel, tant pour ce qui concerne les acteurs que les dispositifs de financement.

  • Fédération de recherche

La Fédération de recherche (anciennement PPF) du ministère en charge de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation assure le financement structurel du dispositif (hébergement, archivage, développements informatiques, déplacements du chef de projet, compléments de numérisation...). Les chercheurs en lettres, arts, sciences humaines et sociales sont associés au projet qui vise plus largement à fédérer acteurs et productions de la recherche sur la Caraïbe et l’Amazonie. Les universités des Antilles et de la Guyane, sur leurs fonds propres, abondent également tous les ans ce budget pour permettre la captation vidéo des manifestations scientifiques.

  • La Bibliothèque nationale de France

Le dispositif des pôles associés à la Bibliothèque nationale de France (BnF) soutient activement la coopération entre les acteurs documentaires. La BnF apporte un soutien financier indispensable à la numérisation des documents libres de droits, dans une logique de complémentarité nationale. Les collectivités de Guadeloupe, Martinique et Guyane ont financièrement contribué à la numérisation de leurs collections. L’Université des Antilles apporte de son côté la part complémentaire pour la numérisation des collections des établissements documentaires situés en France hexagonale et prend en charge les coûts de numérisation des collections privées. La numérisation des collections Caraïbe- Amazonie est devenue, en 2016, programme national de numérisation concertée, coordonné par la BnF et l’Université des Antilles.

Pour en savoir plus

Le site de Manioc : http://www.manioc.org
Retrouvez l’actualité de la bibliothèque numérique et des collections sur le blog :
http://blog.manioc.org/
et la page facebook : https://www.facebook.com/manioc.org

Demerara Coolie Girl (portrait d’une femme coolie de portant des bijoux)

Image

Illustration extraite de Two Years in the French West Indies, de Lafcadio Hearn, (1890). Collections anciennes de Manioc

Esclave Samboe, déchirée de coups de fouet

Image

Gravure de Tardieu l’Ainé extraite de Voyage à Surinam et dans l’intérieur de la Guyane […], John Gabriel Stedman, (1799).

© Source : Bibliothèque numérique Manioc

Image

Photographie extraite de Tramil, programme de recherche appliquée à l’usage des plantes médicinales dans la Caraïbe

© Phot. H. Gómez, Colombia © Tramil

Momordica charantia

Image

Bibliothèque numérique Manioc

1 Banque numérique des patrimoines martiniquais.

2 Digital Library of the Caribbean.

3 The University of the West Indies.

4 Documents traités dans le même système de gestion documentaire.

Notes

1 Banque numérique des patrimoines martiniquais.

2 Digital Library of the Caribbean.

3 The University of the West Indies.

4 Documents traités dans le même système de gestion documentaire.

Illustrations

http://www.manioc.org/
Le projet « Mémoires et créations » mettra en valeur le patrimoine culturel immatériel à partir de clichés de photographes contemporains

Le projet « Mémoires et créations » mettra en valeur le patrimoine culturel immatériel à partir de clichés de photographes contemporains

Photo de Robert Charlotte

Le projet « Mémoires et créations » mettra en valeur le patrimoine culturel immatériel à partir de clichés de photographes contemporains

Le projet « Mémoires et créations » mettra en valeur le patrimoine culturel immatériel à partir de clichés de photographes contemporains

Photo de Jean-Michel André

Demerara Coolie Girl (portrait d’une femme coolie de portant des bijoux)

Demerara Coolie Girl (portrait d’une femme coolie de portant des bijoux)

Illustration extraite de Two Years in the French West Indies, de Lafcadio Hearn, (1890). Collections anciennes de Manioc

Esclave Samboe, déchirée de coups de fouet

Esclave Samboe, déchirée de coups de fouet

Gravure de Tardieu l’Ainé extraite de Voyage à Surinam et dans l’intérieur de la Guyane […], John Gabriel Stedman, (1799).

© Source : Bibliothèque numérique Manioc

Momordica charantia

Momordica charantia

Photographie extraite de Tramil, programme de recherche appliquée à l’usage des plantes médicinales dans la Caraïbe

© Phot. H. Gómez, Colombia © Tramil

Momordica charantia

Momordica charantia

Bibliothèque numérique Manioc

Citer cet article

Référence papier

Anne Pajard, « Manioc.org : une bibliothèque numérique aux racines de la Caraïbe-Amazonie », Arabesques, 86 | 2017, 20-21.

Référence électronique

Anne Pajard, « Manioc.org : une bibliothèque numérique aux racines de la Caraïbe-Amazonie », Arabesques [En ligne], 86 | 2017, mis en ligne le 01 juillet 2019, consulté le 06 décembre 2021. URL : https://publications-prairial.fr/arabesques/index.php?id=438

Auteur

Anne Pajard

Bibliothèques et édition numérique Coordinatrice interrégionale Manioc

anne.pajard@univ-antilles.fr

Autres ressources du même auteur

Droits d'auteur

CC BY-ND 2.0