De l’Artois à la Polynésie française : quand la numérisation sert de catalyseur aux projets documentaires

DOI : 10.35562/arabesques.2243

p. 12-13

Plan

Texte

À l’opposé géographiquement, la bibliothèque numérique patrimoniale des anciennes écoles normales de l’Université d’Artois et Ana’ite, la bibliothèque numérique du patrimoine écrit polynésien, ont en commun le recours à des solutions innovantes qui ont permis la structuration de ces gisements documentaires remarquables et atypiques.

Que peuvent bien avoir en commun la bibliothèque numérique patrimoniale des anciennes écoles normales de l’Université d’Artois et Ana’ite, la bibliothèque numérique dédiée au patrimoine écrit polynésien, créée par l’Université de Polynésie française ? Dans chacun des cas, il aura fallu imaginer des problématiques innovantes capables à la fois d’aboutir à la création d’une bibliothèque numérique et à la structuration de gisements documentaires remarquables.

400 planches scolaires anciennes numérisées

Peu avant leur intégration au Service Commun de la Documentation (SCD) de l’Université d’Artois, en 2008, les bibliothèques de l’IUFM de la région Nord-Pas-de-Calais ont entrepris un important travail de catalogage rétrospectif des fonds possédés par les écoles normales et répartis principalement sur les sites d’Arras, Douai et Lille. Après plusieurs déménagements et des opérations importantes de dédoublonnage, une bibliothèque patrimoniale regroupant l’ensemble des documents a été créée à Arras. Parmi les raretés, quelques dizaines de livres anciens et un important fonds de cartes scolaires. Dans le même temps, les trois journées d’étude relatives au patrimoine scolaire organisées entre 2009 et 2010 à Arras et à Douai ont permis d’une part de s’intéresser à la façon dont les écoles normales avaient constitué les collections de leurs bibliothèques en vue de former les instituteurs, d’autre part de valoriser des documents inédits sous forme numérique. En 2011, grâce à une subvention du Pôle de Recherche de l’Enseignement Supérieur de la région Lille-Nord de France et à une aide du SCD de l’Université d’Artois, le projet de bibliothèque numérique peut débuter. Dans un premier temps, il est décidé de mettre en avant les livres figurant dans Le Catalogue des bibliothèques des écoles normales1 datant de 1887 et préfacé par Jules Ferry qui visait à homogénéiser les méthodes d’apprentissage et à mettre en place les premières bibliothèques pour instituteurs. Ces ouvrages sont un précieux témoignage des lectures des maîtres à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Ainsi, 74 ouvrages qui n’étaient à l’époque disponibles nulle part en ligne ont été numérisés, catalogués et mis à la disposition du grand public.

Cette planche scolaire faite à la craie par un enseignant anonyme et retrouvée dans des bureaux désaffectés fait partie des ressources originelles représentatives des travaux des formateurs des écoles normales.

Image

Bibliothèque Numérique de l’Université d’Artois

Le second projet a consisté à numériser plus de 400 planches scolaires dans différents domaines : sciences et techniques, histoire-géographie, etc. Toute la difficulté a résidé dans le fait que la plupart de ces planches, bien que fort anciennes et n’étant plus commercialisées, n’étaient pas libres de droit. Le bibliothécaire s’est transformé en détective et négociateur afin d’entrer en contact avec les services juridiques des éditions Deyrolle et Auzoux ou avec le liquidateur judiciaire de MDI afin de disposer des autorisations pour numériser et mettre en ligne les planches qu’ils avaient éditées. Le hasard faisant bien les choses, au moment de la numérisation, l’éducation d’antan avait le vent en poupe auprès du grand public et les éditions Michel Lafon étaient en train de publier plusieurs volumes de planches scolaires sous le titre Deyrolle : leçons de choses. La bibliothèque numérique patrimoniale venait donc en complément des livres édités puisque le curieux ou le passionné pouvait retrouver les planches originelles. En 2012, la directrice des bibliothèques de l’IUFM de Paris redonne vie aux journées annuelles des responsables des bibliothèques des IUFM. À cette occasion, des échanges se créent et plusieurs IUFM (Limoges, Créteil, Bordeaux, Nantes) font part de leur projet de valorisation des fonds des écoles normales et plus largement du patrimoine scolaire. En 2013, une journée d’étude2 consacrée à ce sujet permettra notamment de présenter les bibliothèques numériques de Lille et Bordeaux.

En Polynésie française, Ana’ite, « la grotte du savoir »

La Polynésie française est dotée d’une université (UPF) depuis 1987. Sa bibliothèque universitaire constitue à partir du milieu des années 2000 ce que l’on nomme le fonds polynésien : toutes les nouvelles parutions en langues française et tahitienne, des ouvrages relatifs au triangle polynésien (Hawaii, île de Pâques, Nouvelle Zélande), des dons plus ou moins anciens et des acquisitions faites auprès de particuliers dont certaines sont uniques. La plupart des documents constituant ce fonds ne sont pas libres de droits. Par ailleurs, les enseignants-chercheurs font part de leur volonté de pouvoir consulter de façon plus pratique les premiers périodiques ou textes administratifs en langue tahitienne, des documents iconographiques ou encore le Bulletin de la seule société savante de l’île, la Société des études océaniennes (SEO). Tous ces documents sont disponibles auprès du Service du Patrimoine Archivistique et Audiovisuel (SPAA), qui se veut l’équivalent de la Bibliothèque nationale de France en Polynésie française.

Aperçu du rivage et du quartier du commerce de la commune de Fare, sur l’île de Huahine en 1904 ou 1905. Itchner, Albert Edouard (1864-1939)

Image

La création d’une bibliothèque numérique a été imaginée en 2014 lors de l’appel à projets « Bibliothèque scientifique numérique » dont un des axes visait à numériser des corpus. La candidature de l’UPF n’ayant pas été retenue, il a été décidé de créer une bibliothèque scientifique numérique constituée des raretés libres de droits du fonds polynésien afin de constituer une vitrine auprès des partenaires avec qui l’Université souhaitait travailler. Cet embryon a permis de présenter à un public peu familier de fonctionnalités comme l’océrisation ou l’interopérabiblité le potentiel de l’outil et du projet. Cela a fonctionné puisque l’UPF a conventionné avec la SEO et le SPAA, ce qui lui a permis de disposer de leurs documents afin de gérer leur numérisation et leur signalement. L’UPF et l’unité de recherche Équipe d’Accueil Sociétés traditionnelles et contemporaines en Océanie (EASTCO) ont financé différents projets qui ont permis de disposer sous format numérique des documents nécessaires pour la recherche et l’enseignement, et de recruter une spécialiste de l’histoire locale pour la création de métadonnées de qualité. Le Bulletin de la SEO a rapidement été traité et mis en ligne avec un embargo de dix ans. Une barrière qui paraît très longue de nos jours mais qui permet de rendre accessible presque cent ans d’articles sur l’Océanie et qui est un premier pas en faveur de l’open access. En parallèle, le SPAA s’est lancé à son tour dans une numérisation quantitative mais qui a pu être orientée qualitativement en fonction des demandes formulées par les enseignants. Une fois les documents numérisés et mis à disposition, la bibliothèque s’est chargée de la mise en forme et de la saisie des métadonnées qui sont encore récupérables par le SPAA. Aujourd’hui, Ana’ite, la bibliothèque scientifique numérique polynésienne, est riche de plus de 600 documents dont la plupart rares et précieux. Les cartes postales sont un témoignage exceptionnel et apportent de nombreux éléments sur le mode de vie des Polynésiens depuis le XIXe siècle. On découvrira aussi des collections de périodiques en langue tahitienne comme Le Vea no Tahiti, premier journal hebdomadaire en langue tahitienne sous l’administration française. Ana’ite a permis de réunir les différents acteurs qui possèdent des collections rares et patrimoniales et d’établir des problématiques pour constituer une bibliothèque numérique de référence utile à tous, du curieux au chercheur.

Un projet financé par le GIS Collex-Persée

La valorisation des collections rares patrimoniales au travers de la numérisation, et surtout de l’océrisation, contribue à lancer un nouveau projet soutenu et financé par le GIS CollEx-Persée. Intitulé Concordance, il doit permettre aux utilisateurs du Dictionnaire tahitien-français en ligne de l’Académie tahitienne, en partant d’un mot, de visualiser un répertoire d’occurrences de ce mot issu d’un vaste corpus de textes en tahitien authentiques, diversifiés et libres de droit, déposé sur Ana’ite. Alors que les écrits de référence pour l’exemplification du vocabulaire tahitien sont souvent des recueils de tradition orale antérieure à la colonisation française ou des textes religieux, le corpus proposé pour le projet Concordance est remarquable par son caractère laïque et par son ancrage dans un quotidien marqué par les profondes mutations politiques, économiques et sociales des îles de la Société au contact de l’Occident. La connaissance et l’expertise acquises dans le traitement préalable des documents tahitiens et l’implémentation de la fonction de Concordance permettront de poursuivre l’élargissement du corpus à de nouvelles sources identifiées dans le fonds archivistique polynésien et d’appliquer un protocole équivalent à d’autres langues polynésiennes ou océaniennes.

À savoir

 La bibliothèque patrimoniale des écoles normales de l’Université d’Artois donne accès à plus de 400 planches scolaires ainsi qu’à 74 livres issus du Catalogue des bibliothèques des écoles normales datant de 1887.
http://bibnum-bu.univ-artois.fr

L’Université de Bordeaux a numérisé une quarantaine d’ouvrages donnant un aperçu de la grande diversité des fonds anciens de l’ESPE d’Aquitaine.
https://www.msha.fr/patrival/

Ana’ite propose plus de 600 documents, cartes postales, périodiques en langues tahitiennes, des lexiques et méthodes d’apprentissage des langues tahitiennes.
http://anaite.upf.pf

Le site de l’académie tahitienne : http://www.farevanaa.pf/

1 Ministère de l’instruction publique, des cultes et des beaux-arts, “Catalogue des bibliothèques des écoles normales”

2 Les présentations faites lors de cette journée sont consultables en ligne : https://journeepatrimonialeiufm.blogspot.com

Notes

1 Ministère de l’instruction publique, des cultes et des beaux-arts, “Catalogue des bibliothèques des écoles normales”, Bibliothèque Numérique de l’Université d’Artois.
http://bibnum-bu.univ-artois.fr/items/show/493

2 Les présentations faites lors de cette journée sont consultables en ligne : https://journeepatrimonialeiufm.blogspot.com

Illustrations

Cette planche scolaire faite à la craie             par un enseignant anonyme et retrouvée dans des bureaux             désaffectés fait partie des ressources originelles représentatives             des travaux des formateurs des écoles normales.

Cette planche scolaire faite à la craie par un enseignant anonyme et retrouvée dans des bureaux désaffectés fait partie des ressources originelles représentatives des travaux des formateurs des écoles normales.

Bibliothèque Numérique de l’Université d’Artois

Aperçu du rivage et du quartier du             commerce de la commune de Fare, sur l’île de Huahine en 1904 ou             1905. Itchner, Albert Edouard (1864-1939)

Aperçu du rivage et du quartier du commerce de la commune de Fare, sur l’île de Huahine en 1904 ou 1905. Itchner, Albert Edouard (1864-1939)

Citer cet article

Référence papier

Vincent Deyris, « De l’Artois à la Polynésie française : quand la numérisation sert de catalyseur aux projets documentaires », Arabesques, 99 | 2020, 12-13.

Référence électronique

Vincent Deyris, « De l’Artois à la Polynésie française : quand la numérisation sert de catalyseur aux projets documentaires », Arabesques [En ligne], 99 | 2020, mis en ligne le 09 octobre 2020, consulté le 19 octobre 2021. URL : https://publications-prairial.fr/arabesques/index.php?id=2243

Auteur

Vincent Deyris

Directeur adjoint du CRFCB Médial Grand-Est (Université de Lorraine). Chef de projet pour les bibliothèques numériques de l’Université d’Artois (2011-2013) et de la Polynésie française (2014-2018).

vincent.deyris@univ-lorraine.fr

Autres ressources du même auteur

Articles du même auteur

Droits d'auteur

CC BY-ND 2.0