Une valse à 20 temps

DOI : 10.35562/arabesques.904

p. 18-19

Outline

Text

Une plongée dans les archives de l’Abes pour dresser une chronologie autour de 20 dates clés.

1994 : création de l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur

Créée par le décret 94-921 du 24 octobre 1994, l’Abes est un établissement public national à caractère administratif placé sous la tutelle du ministre chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche, doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière. L’Abes est installée à Montpellier. L’Agence s’est vu confier la maîtrise d’ouvrage du projet de catalogue collectif des bibliothèques de l’enseignement supérieur, nouveau système d’information destiné à remplacer les précédentes applications nationales auparavant gérées par le Sunist, le Catalogue collectif national (CCN) ou l’administration centrale (CCN-PS, Téléthèses, Pancatalogue, PEB, Rameau, etc.) et unifiant trois réseaux de catalogage (Sibil, OCLC, BN-Opale).

→ La première équipe, dirigée par Maggy Pézeril, est constituée de 16 informaticiens venant du Sunist ou du Cnusc et 7 bibliothécaires venant de la direction du Développement et de la Programmation universitaire (DPDU) du ministère ou d’établissements montpelliérains.

1997 : le marché du SU

Suite à l’étude préalable à la réalisation du système universitaire, un appel d’offres sur performances a été lancé : huit candidats ont postulé, trois ont été retenus dans un premier temps et, au final, le marché 97‑00003 a été passé avec Pica le 23 septembre 1997. Il s’élève à 50 MF HT sur cinq ans, dont trois années pour le déploiement, une de garantie et dix mois de maintenance. Il comprend six tranches. Pour le mettre en œuvre, l’Abes s’est organisée en neuf équipes-chantiers (pilotage, suivi, qualité, reprise des données, études fonctionnelles, études techniques, migration, déploiement, communication).

1998-1999 : reprise de données

Les données des sept bases préexistantes sont reprises pour constituer la base du Sudoc : BNOpale, Sibil et OCLC pour les monographies, Téléthèses pour les thèses, le CCN-PS pour les périodiques, Autorités BNF et FMesH, en faisant converger vers un même format interne (Pica+) les données des différents formats et en dédoublonnant les notices se trouvant dans plusieurs bases.

→ Suzanne Santiago est nommée directrice de l’Abes en janvier 1998.

1998-2000 : les sites pilotes

En avril 1998, sept établissements sont sélectionnés comme « sites pilotes » pour l’installation du système universitaire de documentation (Sudoc) : les SCD de Lyon 2, Rennes 2, Grenoble 2/3, Perpignan, Lille 3, Nice et Le Mans. Des réunions régulières avec l’Agence sont organisées pendant toute l’année 1998. En 2000, ces sites travaillent « en vrai » dans le Sudoc (installation du logiciel, formations, catalogage, mise en place des échanges entre système central et système local).

2000 : le catalogue Sudoc est ouvert à la consultation sur le web

L’arrêt de Téléthèses, du Pancatalogue, de Rameau et de PEB en ligne était programmé, parallèlement à la mise en œuvre du Sudoc, car ces applications, tout comme Sibil et BN-Opale, étaient réputées « ne pas passer l’an 2000 ». Le 3 avril 2000, le catalogue Sudoc est consultable gratuitement sur Internet et donne accès à plus de 3,5 millions de notices bibliographiques (thèses, monographies et périodiques) chargées en 1999. Cet accès s’est substitué aux services Minitel payants.

2001 : premier groupement de commandes

Depuis 2001, l’Agence développe aussi une fonction d’opérateur de mutualisation des établissements. Elle assure le portage administratif et financier de groupements de commandes pour l’achat de ressources électroniques au profit des universités, des établissements publics à caractère scientifique et technologique et autres membres du consortium Couperin. Le premier est composé de 28 membres et concerne la base de données Periodical Contents Index et les cédéroms édités par Chadwyck-Healey Limited (Proquest) pour un montant de 385 000 € HT. Plus d’un tiers de ce marché est subventionné par le ministère.

→ Sabine Barral est nommée directrice de l’Abes en février 2001.

2001-2002 : déploiement du premier cercle

Le réseau des bibliothèques BN-Opale est le premier à travailler directement dans le Sudoc, suivront les bibliothèques Sibil, puis Auroc et, enfin, les établissements non rattachés à un réseau pré-existant. À la fin de cette phase de déploiement, 113 établissements participent au Sudoc. La base de production contient 4 818 000 notices bibliographiques et 708 973 notices d’autorité, pour 12 700 000 localisations. Un bilan en est fait lors des premières Journées réseau Sudoc, les 14 et 15 mars 2002 à Montpellier.

2002 : passage de Peb 2000 à Supeb

Le passage de Peb 2000 au système Supeb, service de demande en ligne de fourniture de documents du catalogue public, a été réalisé au printemps 2002.

2004 : l’Abes a 10 ans

Après une troisième vague de déploiement en 2004, 130 établissements ont intégré le Sudoc ; la base contient plus de 6 millions de notices bibliographiques. À la suite du retrait de la société Bull, partenaire de Pica pour le projet Sudoc, le Cines prend en charge l’administration et l’exploitation des serveurs de l’Abes. Fin 2004, les locaux du Florence étant devenus trop étroits, l’Abes déménage à Malbosc.

2005 : passage du Sudoc en Unicode

Avant 2003, le Sudoc était produit dans un environnement totalement propriétaire sur Tandem avec des données stockées en caractères Pica (latin-étendu incomplet). Pour permettre l’évolution vers le traitement des multi-écritures, il a fallu transporter le système central propriétaire CBS vers une plateforme ouverte sous Unix, puis permettre au CBS de comprendre les valeurs Unicode. Depuis l’été 2005, il est possible de cataloguer un document en n’importe quelle écriture.

2006 : lancement de Star

Suite à la publication de l’arrêté du 7 août 2006 relatif aux modalités de dépôt, de signalement, de reproduction, de diffusion et de conservation des thèses ou des travaux présentés en soutenance en vue du doctorat, toutes les thèses nativement électroniques doivent transiter par Star, l’application nationale pour le signalement des thèses, archivage et recherche, développée par l’Abes à la demande de la sous-direction des Bibliothèques et de l’Information scientifique.

→ Raymond Bérard est nommé directeur de l’Abes en janvier 2006.

2007 : nouvelle organisation de l’Abes

Après la nomination de Raymond Bérard, les services de l’Agence sont restructurés en quatre départements, divisés en pôles d’activités.

2007 : ouverture de Calames

Calames est le nouveau catalogue collectif de l’enseignement supérieur dédié aux archives et aux manuscrits. Développé par l’Abes, en collaboration avec des spécialistes des manuscrits, c’est un outil de catalogage partagé, accessible par tous sur le web.

2010 : transfert des missions du ministère

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche transfère à l’Abes plusieurs missions nationales : les thèses, les rétroconversions dans les catalogues Sudoc et Calames, le réseau coopératif du Sudoc-PS et le conventionnement sur objectifs des centres régionaux, le réseau coopératif du PEB et sa modernisation, le signalement de la documentation électronique, les questions de normalisation internationale. Dans ces domaines, l’Abes n’est plus simple opérateur technique, mais devient agence de pilotage.

2011 : ouverture de theses.fr

Développée en interne, theses.fr est une interface dédiée aux thèses de doctorat soutenues en France. Moteur de recherche doté de facettes et d’une indexation à la fois des métadonnées de la thèse et du texte intégral, c’est la vitrine des données de Star, puis, en octobre 2013, des données de Step (signalement des thèses en préparation) et des notices de thèses provenant du Sudoc.

2011 : signature du premier contrat de licence nationale

Avec la création de l’infrastructure Bibliothèque scientifique numérique (BSN), le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a mis en œuvre un dispositif de coordination des acquisitions d’archives de ressources numériques sous forme de licence nationale. Le premier accord a été signé avec Springer en 2011, puis avec ECCO et EEBO. Les achats suivants seront réalisés dans le cadre d’Istex à partir de 2012.

2011 : démarrage du projet SGBM

Avec les questions sur l’avenir des catalogues collectifs nationaux et de CBS (le cœur du Sudoc), les opportunités de l’informatique dans les nuages, le rôle de l’Abes dans les systèmes locaux, l’arrivée sur le marché de systèmes hébergés nouvelle génération et le fait que plusieurs établissements envisagent de remplacer leur SIGB, l’Abes, qui a pour mission de proposer des solutions mutualisées aux établissements pour la gestion de leur documentation, engage une réflexion sur la mise en place d’un système de gestion mutualisé et l’inscrit dans son projet d’établissement 2012-2015.

2012 : ouverture du blog rda@abes

Après la publication du code de catalogage RDA (Ressources : description et accès), la France, comme les autres pays européens membres d’EURIG (European RDA Interest Group), s’interroge sur l’opportunité d’adopter les règles RDA tout en préservant les acquis de la normalisation française sur les points où ce dernier reste en retrait. Le blog rda@abes informe le réseau sur le processus de décision français quant à l’éventuelle application de RDA dans notre pays, mais aussi sur la modélisation des données bibliographiques (FRBR et FRAD), les formats des métadonnées et leurs évolutions.

2013 : signature du contrat quinquennal 2013-2017

Issu du projet d’établissement voté à l’automne 2011, le contrat quinquennal 2013-2017 a été signé le 27 mai 2013 entre le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et l’Abes. Il s’inscrit dans la cadre du dispositif de coordination de la Bibliothèque scientifique numérique et de la mise en œuvre d’une politique de coopération renforcée avec l’Inist- CNRS.

→ Jérôme Kalfon est nommé directeur de l’Abes en octobre 2013.

2014 : projet SGBM, nouvelle phase, et hub de métadonnées, premier corpus

À la suite des propositions des deux groupes de travail « Catalogage et production de métadonnées » et « Sites pilotes », la décision a été prise de dissocier complètement les deux dialogues compétitifs : d’un côté, le projet de système de gestion de bibliothèque mutualisé (SGBM) et, de l’autre, le remplacement du Sudoc (Sudoc 2). Le hub de métadonnées, ensemble d’outils et de méthodes conçu pour traiter efficacement des métadonnées hétérogènes provenant des éditeurs, les normaliser, les corriger et les enrichir, puis les redistribuer vers le Sudoc, mais aussi vers les outils de découverte, web de données, etc., doit traiter prioritairement les corpus acquis dans le cadre d’Istex. Les e-books de Brill ont été le premier corpus traité par le hub.

Pour en savoir plus

Une frise chronologique détaillée est en ligne sur le site de l’Abes.
http://cdn.knightlab.com/libs/timeline/latest/embed/index.html?source=0Ak9U3b5-Ym1wdGJOWU1pckk4bVU3UlRpVW1iV0VSRHc&font=Bevan-PotanoSans&maptype=toner&lang=fr&height=650

Des membres actuels de l’équipe de l’Abes rejoints par des anciens autour du gâteau des 20 ans lors des Journées Abes

Image

Illustrations

Des membres actuels de l’équipe de l’Abes rejoints par des anciens autour du gâteau des 20 ans lors des Journées Abes

Des membres actuels de l’équipe de l’Abes rejoints par des anciens autour du gâteau des 20 ans lors des Journées Abes

References

Bibliographical reference

Dominique Esmenjaud, « Une valse à 20 temps », Arabesques, 75 | 2014, 18-19.

Electronic reference

Dominique Esmenjaud, « Une valse à 20 temps », Arabesques [Online], 75 | 2014, Online since 07 janvier 2020, connection on 08 décembre 2021. URL : https://publications-prairial.fr/arabesques/index.php?id=904

Author

Dominique Esmenjaud

Abes

esmenjaud@abes.fr

Copyright

CC BY-ND 2.0