Modernités russes, no 21, 2022

Traduction(s) :
Прием статей в номер, 21, 2022

Mélanges pour le centenaire de la slavistique lyonnaise, 1920-2020

La première chaire universitaire de russe est créée à Lille en 1892, à l’heure où se noue l’Alliance franco-russe : déclarations politiques, visites diplomatiques, défilés militaires et rencontres gouvernementales, à Cronstadt, Saint-Pétersbourg, Toulon, Marseille et Paris, célèbrent l’amitié et la coopération militaire. En octobre 1893 Lyon accueille une escadre russe, les programmes et les affiches de ces solennités sont conservées dans les archives municipales. Au début des années 1890 l’université lyonnaise n’existe pas encore, elle date de 1896. Les raisons pour lesquelles la ville de Lyon a manqué à la création de son université au Moyen âge, du moins après le rattachement du Lyonnais au royaume de France sous Philippe le Bel (en 1312), sont examinées par René Fédou [Fédou, 1993] et Roland Saussac [Soussac, 2018].

Au milieu du XIXe siècle, les étudiants de la Faculté des Lettres de Lyon ont pu entendre parler des langues et littératures slaves en cours de Frédéric-Gustave Eichhoff (1799-1875), auteur de Langues et littératures des peuples slaves, russes, polonais, lithuaniens (1839) et de la Grammaire générale indo-européenne, ou comparaison des langues grecque, latine, française gothique, allemande, anglaise et russe entre elles et avec le sanscrit (1867).

La chaire de langue et littérature russes est fondée à l’université de Lyon le 1er septembre 1920. Le premier Professeur de cette chaire est Jules Patouillet, en fonction du 19 novembre 1920 au 1er octobre 1932 [Faculté des Lettres, 1939 : 66 ; Patouillet, 1936]. Quelques cours de russe, éphémères ou non, sont antérieurs à l’inauguration de la chaire. « Pendant la guerre, le Conseil Municipal de Lyon votait la création d’un enseignement de langue et littérature russes qui est donné par M. Lewtow, suppléant de M. Pascal, en mission » [Ehrhard, 1919 : 184]. Ce vote est lié aux intérêts de la Chambre de commerce de Lyon et de l’Union des Marchands de Soie [Klein, 2007 : 50]. En 1918-1919, la Faculté des Lettres de l’Université de Lyon est autorisée à faire subir les épreuves pour les licences d’allemand, d’anglais, d’italien et de russe. D’après le Livret de l’étudiant de cette même année scolaire, Benjamin Léopold Lewtow (lecteur d’allemand en 1904-1905 et agrégé d’allemand depuis 1913) est chargé de cours de russe et assisté de lecteur Nierovetzky. Après Jules Patouillet, c’est Marcelle Ehrhard (1887-1972), maître de conférences, ensuite Professeur, qui devient enseignante titulaire secondée, comme son prédécesseur, par des lecteurs de russe, de polonais, de tchèque et de serbo-croate.

Les soutenances des thèses en slavistique ont aussi leur histoire. Le 6 décembre 1901 l’étudiante bulgare Raina Tyrneva soutient à Lyon un doctorat consacré à Nicolas Gogol, écrivain et moraliste, c’est un « doctorat d’Université pour les étrangers que les conditions rigoureuses de notre doctorat ès lettres éloignaient de ce redoutable examen » [Leger, 1902 : 166-167].

Peu d'écrivains russes nous ont laissé leurs impressions sur Lyon : Fonvizin (1777), Karamzin (1790), Gogol’ (1838)... En revanche Lyon se manifeste tôt dans les relations commerciales franco-russes [Observations, 1777; Veuclin, 1894]. Au XVIIIe siècle, parmi tous ceux qui ont mis leur talent au service de la gloire de Catherine II, il est un artisan et artiste lyonnais ; en 1771, Philipe de Lasalle (1723-1804), dessinateur et fabricant de soieries, réalise un très beau portrait tissé de la souveraine russe. On peut toujours le découvrir au Musée des tissus de Lyon [Chaignon, 1991 : 69-70].

Par définition Mélanges est un recueil d’articles sur des sujets divers, pourtant les contributions relatives à la ville de Lyon, à l’histoire des universités et de l’enseignement des langues slaves, ainsi qu’aux personnalités des slavistes, seront les bienvenues.

Soumission des articles : janvier – juin 2022

Date de réponse après une double évaluation : entre 1 et 2 mois après la soumission de l’article.

Publication : décembre 2022

Bibliographie

Annuaire de l’Université de Lyon. Livret de l’Étudiant. Publié par les soins du Conseil de l’Université. Années scolaires : 1905-1956.

Beauvois Daniel, 1981, « La slavistique française à la fin du XIXe et au début du XXe siècle », История нa славистиката от края на XIX и началото на XX век. Е. Георгиев, Г. Димов, С. Стоянов, София, БАН, p. 251-266.

Breuillard Jean, 2012, « Bref historique des études slaves en France », Revue du Centre européen d’études slaves [En ligne] Études slaves en France et en Europe, n° 1.

Castelbajac Quentin de, Ivanoff-Trinadtzaty Germain, 1996, Lyon, l’église russe Saint-Nicolas, 1946-1996, Lyon, éd. de l’Acorly.

Catalogue des thèses et écrits académiques. En 15 vol. 75 fasc. 1884-1958.

Chaignon Marie-Jo de, 1991, « Philippe de Lasalle, dessinateur et fabricant d’étoffes de soie à Lyon au XVIIIe siècle », Le Monde alpin et rhodanien. Revue régionale d’ethnologie, n° 2-3 : Les filières de la soie lyonnaise, sous la direction de Florence Charpigny, p. 65-84, DOI https://doi.org/10.3406/mar.1991.1453

Ehrhard Auguste, 1919, L’université de Lyon. Lyon, A. Rey, imprimeur-éditeur de l’université.

Escriva Cedric, 2001, Les Russes à Lyon, 1919-1939. Mémoire de maîtrise d’histoire, Université Lyon 3.

Faculté (La) des Lettres de Lyon, Cérémonie du centenaire de la Faculté des Lettres. Personnel de la Faculté, Lyon, A. Rey imprimeur, 1939.

Fédou René, 1993, « Le Moyen Âge : De Leidrade à Gerson », Éducation et pédagogie à Lyon. De l’Antiquité à nos jours. Sous la dir. de Guy Avanzini, Lyon, CLERSE, p. 19-38.

Fougeron Irina (éd.), 1996, Études russes. Mélanges offerts au professeur Louis Allain à l’occasion du centenaire de la création à Lille de la première chaire universitaire de russe en France., Lille, Presses Universitaires du Septentrion.

Gonneau Pierre, 2005, « Histoire de la slavistique française, 1980-2000 », Contribution à l’histoire de la slavistique dans les pays non slaves. Beiträge zur Geschichte der Slawistik in nichtslawischen Ländern. Ed. G. Brogi Bercoff, P. Gonneau, H. Miklas, Wien, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, p. 317-360.

Ivanoff-Trinadtzaty Germain, 2008, Monsieur le Professeur Daniel Alexandre, Modernités russes : Mélanges à la mémoire de Daniel Alexandre, Lyon, p. 13-15.

Klein Jean-François, 2007, « Pour une pédagogie impériale ? L’Ecole et le Musée colonial de la Chambre de commerce de Lyon (1890-1947) », Outre-mers, t. 94, n° 356-357 : La colonisation culturelle dans l'Empire français. Sous la direction de Sophie Dulucq et Colette Zytnicki, p. 35-61.

Lanne Jean-Claude, 2008, Le Professeur Daniel Alexandre, Modernités russes : Mélanges à la mémoire de Daniel Alexandre, Lyon, p. 9-10.

Le Belhomme Corinne, 2002, L’orthodoxie russe en Rhône-Alpes, étude réalisée sur les paroisses de Grenoble, Lyon et Ugine. Mémoire, Grenoble, IEP.

Leger Louis, 1902, « Chronique de l’enseignement », Revue internationale de l’enseignement, t. 43, janvier-juin, p. 164-168.

Le Goff Armelle, 2016, Recherches sur les relations entre la France et la Russie aux Archives nationales. T. II : Slavisants et savants en lien avec la Russie.

Mazon André, 1952, « André Lirondelle (1879-1952) », Revue des Études slaves, t. 29, fasc. 1-4, p. 108-112.

Мнухин Лев, 2004, «Русские эмигранты в Лионе : 1920-1945», Первые встречи Института Восток-Запад, Lyon, ENS LSH, http://russie-europe.ens-lsh.fr/article.php3?id_article=65.

Observations sur le commerce de la Russie avec la ville de Lyon, par un Négociant de la même ville, Genève, 1777.

Patouillet Jules, 1936, dossier du candidat à la Croix d’Officier de la Légion d’honneur aux Archives nationales, 19800035/561/63976. Base Léonore.

Saussac Roland, 2018, « Les enseignements supérieurs à Lyon avant l’Université impériale », Lyon. Une université dans sa ville. Textes réunis par O. Aurenche, Ch. Bange, G. Barale et autres. Libel, p. 15-20.

Tyrneva Raïna, 1901, Nicolas Gogol, écrivain et moraliste. Thèse de doctorat présentée à la soutenance devant la Faculté de l’Université de Lyon. Aix, Imprimerie et librairie Makaire.

Veuclin Ernest, 1894, La ville de Lyon et la Russie sous Pierre le Grand et Catherine II : la première manifestation franco-russe à Lyon en 1782. Lyon, impr. de Mougin-Rusand.

Veyrenc Jacques, 1985, « Histoire de la slavistique française », Beiträge zur Geschichte der Slawistik in nichtslawischen Ländern. Ed. J. Hamm, G. Wytrzens. Wien, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, p. 245-303.

Vialaron Laurence, 2018, « Les fonds slaves à l’université de Lyon », Modernités russes 17 : Traduire la poésie, p. 201-209.

Droits d'auteur

CC-BY