Une politique de site : un pari raisonnable

Une bibliothèque d’institut au service de la recherche en éducation

DOI : 10.35562/arabesques.2067

p. 18-19

Outline

Text

L’Institut national de recherche pédagogique (INRP) est un établissement public national placé sous la tutelle des ministères chargés de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il a vocation à développer et à favoriser la recherche en éducation et il porte une mission d’appui au pilotage national et académique de l’enseignement scolaire par le transfert des résultats de la recherche. Médiateur entre la recherche scientifique et les acteurs du dispositif éducatif, particulièrement pour la formation des formateurs, mais aussi pour les personnels d’encadrement et les décideurs, il éclaire la conception et la diffusion des pratiques didactiques et pédagogiques.

Le siège et une partie importante du dispositif de l’INRP sont localisés à Lyon ; l’Institut est membre associé du pôle de recherche et d’enseignement supérieur « Université de Lyon1 » ; il possède aussi des équipes scientifiques implantées à Paris, Cachan, Montrouge, Marseille et Rouen, où il possède un centre de recherche et de ressources intégrant le musée national de l’Éducation.

Une histoire en plusieurs épisodes

La bibliothèque constitue un service phare de l’institut. Elle vient de célébrer le 130e anniversaire de sa fondation en 1879, sous les auspices de Jules Ferry et à l’initiative de Ferdinand Buisson. Durant cette année sont institués par décret « un musée pédagogique et une bibliothèque centrale de l’enseignement primaire, comprenant des collections diverses de matériel scolaire, des documents historiques et statistiques et des livres de classe provenant de la France et de l’étranger ». Son premier demi-siècle d’existence est marqué par un développement continu des collections et, grâce aux efforts de son directeur d’alors, Lucien Herr, par l’attribution en 1926 du deuxième exemplaire du dépôt légal des manuels scolaires de l’enseignement primaire.

La bibliothèque compte alors environ 100 000 volumes.

Après le second conflit mondial, la bibliothèque traverse une période d’incertitudes tant pour ses missions (bibliothèque de préparation aux concours de l’enseignement, bibliothèque locale) que pour le traitement et la conservation de ses collections. Lors de la création de l’INRP proprement dit en 1976, la bibliothèque est en situation difficile et doit trouver sa place dans un institut recentré sur les services de recherche en éducation. Elle doit notamment organiser la complémentarité avec un centre de documentation et recherche (CDR) fondé en 1981 en parallèle à la bibliothèque et destiné spécifiquement à servir les chercheurs. La dernière décennie du siècle est celle du renouveau : orientation claire vers une bibliothèque de recherche en éducation, récolement massif, informatisation des collections à partir de 1996. En 1991, la bibliothèque devient CADIST en éducation, puis pôle associé de la Bibliothèque nationale de France en 1993. La fusion avec le CDR en 1997 marque les progrès accomplis dans le service documentaire aux chercheurs.

Les conditions de conservation des collections dans les locaux historiques de la rue d’Ulm continuent cependant de se dégrader et l’inadaptation des locaux est de plus en plus évidente. La décision de délocaliser l’INRP à Lyon est prise en 1998 ; la bibliothèque déménage en deux temps à partir de l’automne 2001 pour ouvrir dans ses nouveaux locaux à la bibliothèque Denis-Diderot le 6 octobre 2003.

La réalité lyonnaise de la bibliothèque, c’est d’abord le chantier des collections – prioritaire pour en assurer la pérennité. Après le déménagement et la mise en ordre des magasins, d’importants chantiers de tri et de désherbage sont lancés. Dans le même temps sont engagées les opérations de conversion et de catalogage rétrospectifs qui visent, in fine, au signalement exhaustif des fonds2.

Dès l’ouverture de l’antenne lyonnaise en 20023, les services au public se développent tant sur place, en direction des chercheurs des universités lyonnaises, qu’à distance pour continuer à servir la communauté de recherche nationale et internationale en éducation. Le déménagement complet des collections en 2003 et l’ouverture du nouveau siège de l’INRP à Lyon en 2005 renforcent l’usage et l’attractivité des services documentaires proposés.

Un pari raisonnable

L’achèvement prévisible des chantiers liés au déménagement, à la mise en sécurité et au signalement des collections dégage progressivement les moyens et les forces nécessaires à la définition d’objectifs de moyen terme. Ceux-ci prennent en compte les conditions nouvelles créées par l’enracinement lyonnais de la bibliothèque.

L’enrichissement et la conservation des collections imprimées demeurent une priorité pour l’établissement, dont la vocation de bibliothèque de référence et de recours en éducation est réaffirmée.

Pour autant, elle doit répondre à deux exigences en apparence contradictoires : dans les cadres nationaux et internationaux définis par l’institut et ses partenaires, mieux servir son public de chercheurs en éducation, d’une part très largement réparti sur le territoire, avec une forte concentration en Île-de-France, provenant de tous les continents d’autre part ; mais la bibliothèque doit également réussir son insertion dans le site documentaire lyonnais et plus largement dans les structures, projets et coopérations impulsés par l’Université de Lyon4.

Les collections

La bibliothèque de l’INRP dispose d’un fonds de 550 000 volumes, dont 100 000 fascicules de périodiques. Ses fonds patrimoniaux sont importants (20 000 volumes antérieurs à 1800) ainsi que ses collections de référence : 80 000 manuels scolaires, 5 000 titres de périodiques morts et vivants dont un ensemble unique de revues pédagogiques françaises et étrangères à partir du XVIIIe siècle. Alimenté par les acquisitions de niveau recherche et le dépôt légal des manuels scolaires et de la documentation parascolaire, le fonds d’imprimés en magasin est complété par une documentation de référence disponible en libre accès (50 000 volumes environ).

Jusqu’alors, la bibliothèque manquait d’un outil adéquat et correspondant à l’état de l’art pour rendre accessible à distance services et ressources. La mise en œuvre d’un système d’information documentaire, commun aux trois bibliothèques Denis-Diderot, fournira à partir de 2010 l’infrastructure technologique qui permettra de déployer une offre de services renouvelée et enrichie. Elle s’appuiera sur un ensemble complet et cohérent de briques logicielles : SIGB, ERMS, GED, base de connaissances, moteur de recherche fédérée, résolveur de liens, portail fédérateur5.

Des services comme le prêt entre bibliothèques et le renseignement à distance, d’ores et déjà reconnus pour leur qualité par les chercheurs en éducation, gagneront encore en rapidité et disponibilité. Une bibliothèque numérique, formée par la numérisation des collections de revues spécialisées et de corpus cohérents de monographies (programmes et manuels scolaires), est en cours de constitution. Elle s’appuiera sur les capacités d’indexation, de diffusion et d’interopérabilité du système d’information documentaire Denis-Diderot.

Ses premières réalisations, menées en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, sont d’ores et déjà visibles et librement consultables en ligne6.

Pour remplir ces objectifs, la bibliothèque a réorganisé ses services en rendant notamment visibles la bibliothèque numérique et le programme de système d’information documentaire (SID). Elle doit également s’adapter à un paysage documentaire lyonnais informé de manière croissante par le pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) lyonnais. L’Université de Lyon a en effet vocation à piloter des projets structurants pour l’avenir des collections et des missions portées par la bibliothèque, par exemple ceux d’une réserve documentaire commune ou d’un observatoire des usages du public.

La bibliothèque de l’INRP prend une part active au projet longtemps retardé de reconfiguration institutionnelle du regroupement Denis-Diderot. Le rapprochement des établissements sur des projets communs au sein du PRES, la fusion début 2010 des deux écoles normales supérieures lyonnaises et la recherche de synergies avec l’INRP conduisent naturellement à chercher une solution à la dispersion des efforts et des moyens documentaires sur le campus de Gerland.

Les bibliothèques Denis-Diderot

Les 15 000 m² de la bibliothèque Denis-Diderot abritent aujourd’hui trois services documentaires distincts.
La bibliothèque de l’École normale supérieure lettres et sciences humaines est essentiellement un instrument au service des enseignements de l’école ; elle assure également la responsabilité fonctionnelle du centre de documentation recherche de l’école et contribue à la formation des élèves aux nouvelles technologies et à la recherche d’information ainsi qu’à des programmes de mise en ligne du patrimoine scientifique de l’école.
La bibliothèque interuniversitaire de recherche en lettres et sciences humaines de Lyon est une bibliothèque d’études et de recherche commune aux universités Lyon-II et Lyon-III et à l’ENS-LSH ; elle met à disposition d’un public de chercheurs, enseignants-chercheurs et étudiants, à partir du master, des collections de niveau recherche en lettres, langues, histoire, philosophie et sciences humaines ; elle conserve également des fonds patrimoniaux importants.
• …Et la bibliothèque de l’INRP

Établissements et professionnels pourraient alors faire le pari raisonnable de voir émerger à brève échéance une bibliothèque Denis-Diderot unifiée pour sa gestion et son organisation. Ce serait l’occasion d’inscrire pleinement cette bibliothèque et ses collections fortes de 1 200 000 volumes au total dans un réseau documentaire lyonnais renforcé et redynamisé, de faire évoluer par le haut ses structures et de pérenniser, dans le cadre d’une politique de site renouvelée, les collections, les missions et les services rendus par la bibliothèque.

1 http://www.universite-lyon.fr

2 L’exécution de ces opérations devrait s’étaler jusqu’en 2010 au moins.

3 Avec des collections encore majoritairement à Paris et une équipe réduite à Lyon.

4 Il s’agit des produits Ex Libris suivants : Aleph 500, Verde, DigiTool, MetaLib, SFX, Primo.

5 http://www.inrp.fr/bibliotheque/numbib

6 http://bibliotheque.ens-lsh.fr

Notes

1 http://www.universite-lyon.fr

2 L’exécution de ces opérations devrait s’étaler jusqu’en 2010 au moins.

3 Avec des collections encore majoritairement à Paris et une équipe réduite à Lyon.

4 Il s’agit des produits Ex Libris suivants : Aleph 500, Verde, DigiTool, MetaLib, SFX, Primo.

5 http://www.inrp.fr/bibliotheque/numbib

6 http://bibliotheque.ens-lsh.fr

References

Bibliographical reference

Marc Martinez and Caroline Rogier, « Une politique de site : un pari raisonnable », Arabesques, 57 | 2010, 18-19.

Electronic reference

Marc Martinez and Caroline Rogier, « Une politique de site : un pari raisonnable », Arabesques [Online], 57 | 2010, Online since 13 août 2020, connection on 30 novembre 2021. URL : https://publications-prairial.fr/arabesques/index.php?id=2067

Authors

Marc Martinez

Directeur de la bibliothèque de l’INRP - Institut national de recherche pédagogique - www.inrp.fr

Author resources in other databases

By this author

Caroline Rogier

Bibliothèque numérique5 parvis René-Descartes 69342 LYON CEDEX 07bibliotheque@inrp.fr

Author resources in other databases

Copyright

CC BY-ND 2.0