Portrait : Sophie Demange

DOI : 10.35562/arabesques.339

p. 28

Index

Mots-clés

portrait

Text

Image

Quelles sont vos fonctions au sein du SCD de Lille 3 ?

Ingénieur d’études à la direction des systèmes d’information (DSI) de l’université Lille 3, je suis détachée au service commun de la documentation (SCD) qui regroupe la bibliothèque universitaire centrale et 18 bibliothèques de composantes. Dans ce cadre, je suis responsable du système d’information documentaire(SID). Je suis également chef de projet dans le cadre de la mise en place nationale du système de gestion de bibliothèques mutualisé (SGBM).

Quelles sont les étapes qui vous semblent les plus importantes dans votre parcours professionnel ?

Je suis arrivée au SCD en 1994, toute jeune diplômée d’une maîtrise d’informatique et d’un DESS en documentation, pour gérer l’informatisation du SCD sur un contrat d’un an renouvelable une fois. Aujourd’hui, j’y suis encore ! À l’époque, il était assez novateur d’affecter une informaticienne dépendant du centre de ressources informatiques à l’informatisation des bibliothèques. Ma première mission a été de rédiger le cahier des charges et de lancer l’appel d’offre pour un SIGB. La modernisation s’est ensuite poursuivie au fil des années, apportant plus de services aux usagers et permettant d’ancrer le SCD dans son rôle et sa mission de diffusion de ressources documentaires.

À quand remontent vos premiers contacts avec l’Abes et dans quel contexte ?

Mes premiers contacts avec l’Abes remontent à 1998. Lille 3 a été retenue comme site pilote pour le Sudoc (1998-2000) et je fus désignée chef de projet. Cette aventure, très enrichissante, fut ma première expérience de travail en réseau à l’échelle nationale.

Participez-vous à un groupe de travail spécifique au sein de l’Agence ?

Dès juillet 2012, j’ai participé au comité technique SGBM piloté par l’Abes. En 2014, l’université Lille 3 a fait le choix de se porter candidate pour être site pilote.

Quelles en sont les répercussions dans l’exercice de vos fonctions ?

Au quotidien, chacun est accaparé par des activités toujours plus denses. Il est intéressant de prendre du recul et de confronter ses idées et ses expériences avec d’autres personnes. Le projet SGBM étant un projet complexe et novateur, la réflexion commune

permet d’élargir les pistes de travail, d’obtenir de nouvelles idées et surtout de partager les tâches et de gagner du temps.

Quels sont d’après vous les défis majeurs à relever par l’Abes dans les prochaines années ?

L’Abes a désormais acquis un rôle majeur dans les actions de mutualisation. Le projet SGBM en est un exemple parfait. Elle devra également poursuivre la transition du papier vers le numérique. Elle doit encore continuer sa réflexion sur l’évolution conceptuelle des catalogues et accroître leur visibilité sur le web. Le recours aux outils du web sémantique, la « frbérisation », l’avenir des formats Marc sont autant de défis à relever pour l’Agence.

Qu’appréciez-vous le plus dans votre vie professionnelle ?

La variété des activités. L’administration d’un système informatique documentaire est une mission passionnante. Le SID, qui touche l’ensemble des facettes du métier de bibliothécaire, est un formidable vecteur de liens : liens entre ressources, liens entre applications, liens entre les personnels des bibliothèques, liens entre bibliothèques et surtout liens entre bibliothécaires et usagers.

Qu’est-ce qui vous énerve le plus ?

Les bibliothèques ont à faire face à des exigences de développement de leur activité : plus de services, plus de projets. Bien sûr, ces objectifs sont parfaitement justifiés mais ils semblent difficiles à atteindre dans un contexte contraint. Il faut faire plus avec des moyens constants ou en baisse. Les tâches de travail de l’équipe chargée de l’informatique documentaire sont croissantes (augmentation du nombre d’applications déployées, accroissement des données à administrer). Cette réalité oblige bien souvent la bibliothèque à définir avec son équipe des priorités d’actions.

Si l’Abes était un animal, d’après vous ce serait ?

Je vois l’Abes, et d’une manière plus globale, le réseau Sudoc comme une immense fourmilière. La fourmi est le symbole puissant de la force du travail de groupe.

Votre expression favorite ?

« Rien ne peut être fait dans la solitude », Pablo Picasso.

Illustrations

References

Bibliographical reference

Sophie Demange, « Portrait : Sophie Demange », Arabesques, 78 | 2015, 28.

Electronic reference

Sophie Demange, « Portrait : Sophie Demange », Arabesques [Online], 78 | 2015, Online since 05 février 2020, connection on 21 septembre 2021. URL : https://publications-prairial.fr/arabesques/index.php?id=339

Author

Sophie Demange

Ingénieur d’études au SCD Lille 3

By this author

Copyright

CC BY-ND 2.0